Top

Nos Sherpas

Les jeeps nous posent au départ de Taksindu, et c’est là que nous faisons connaissance avec les porteurs qui nous attendent depuis 2 jours. C’est 3 bonhommes de 23 ans, les mollets affûtés qui se mettent à installer leur cordes autour de nos sacs.  Chaque sac fait environ 12kg et nous avons 1 porteur pour 2 personnes. C’est tellement impressionnant de regarder leur technique d’installation, et de les voir porter 30kg avec le front – oui ils ont rajouté leur affaires + des bières.

Dawa notre porteur
Voilà à quoi ressemble un mollet de Sherpa
Dawa
Encore Dawa

Début de l’aventure : Taksindu – Hewa

Départ à 2000m, nous marchons pendant 3h vers le monastère de Taksindu. Le paysage est tout autre chose qu’à Kathmandou, c’est tout vert autour de nous, pas une voiture mais le souffle du vent et le chant des oiseaux ponctué de « Namasté » à chaque fois que nous croisons des locaux. Ça y est l’aventure Himalayenne a commencé ! En contrebas nous apercevons le monastère de Taksindu, où les moines nous attendent pour le thé. Le bâtiment domine la vallée et c’est très beau. Courte visite du monastère, mais suffisamment longtemps pour voir les enfants bouddhistes sortir de table pour aller faire leur vaisselle en extérieur.
Monastère de Taskindu

Un lodge historique

Le chemin continue, et un peu plus loin le temps d’une pause pour le repas du midi dans un lodge. Mais pas n’importe quel lodge, celui du frère de Babu Chiri Sherpa, le seul alpiniste a être resté 21 heures au sommet de l’Everest sans assistance oxygène. L’ascension s’est passée en 1999 et aujourd’hui personne ne l’a détrôné du Guinness Book des records.
Babu Chiri Sherpa

Hewa un village de Sherpa

Sur la colline d’en face nous apercevons le petit village de Hewa, arrivée du Trek de la journée. Nous passons par ce village car c’est le village natal de nos guides. Kusang, l’organisateur du Trek travaille avec son frère Kancha, qui nous amènera au sommet de l’Island Peak, mai aussi que Dawa Tsering tous trois originaires de Hewa. Nous avons été accueillis par les parents de Kusang et Kancha pour passer la nuit chez eux. Un accueil tellement adorable, ils étaient aux petits soins pour nous et surtout tellement contents de s’occuper de nous, le sourire jusqu’aux oreilles.
Pour la petite histoire, Dawa nous raconte que l’école se situe sur la colline d’en face, et lorsqu’ils étaient enfants il fallait 2 heures de marche le matin et de même le soir pour pouvoir s’instruire… Ça fait réfléchir.
Dans le village ils sont autonomes et s’échangent les fruits/légumes contre des matériaux, cependant pour aller se ravitailler en bières ou autre denrée il faut retourner à Taksindu ou aller à Nuntala – 1h30 de marche aller. Ce qui explique aussi pourquoi ils ont chargé les sacs de bières au début.
Des hôtes formidables à Hewa

L’ apéro regretté

Avant manger nous sommes montés au monastère – 20 minutes – nouvellement construit et ensuite allés prendre l’apéro dans la maison que Dawa fait construire au dessus du monastère. Ici la nuit tombe a 18h30, et quand a cela s’ajoute la pluie… On a pas vraiment envie de redescendre tout le village. Entre les sangsues, et la boue la redescente fût très compliquée.
A savoir, de nombreux bâtiments sont en reconstruction autant à Kathmandou que dans les montagnes, car le tremblement de terre de 2015 a détruit de nombreuses structures. Cependant là où nous sommes dans la vallée, à Hewa, il n’y a pas de route, elle s’arrête à Taksindu (dernier stop de la Jeep). Il faut donc s’imaginer que tous les matériaux, sac de ciments etc sont amenés par le habitants sur leur dos.

De Hewa (2200m) à Bupsa (2400m)

Le lendemain, au moment du départ, les parents de Kusang et Kancha nous offrent à tous une étole appelée Khada. D’origine Bouddhiste, elle est très utilisée dans la communauté Sherpa pour tout type d’événement familiaux (mariages, cérémonies funéraires… ) mais aussi pour souhaiter la bienvenue aux étrangers et souhaiter bonne chance avant des ascensions. Je me promets alors de la garder accrochée sur mon sac pour la déposer en haut de l’Island Peak !

6 heures de marche pour rejoindre Bupsa. Le long des collines, montée, descente, montée… C’est très vallonné et nous passons de jolis petits villages et forêts verdoyantes. Dommage que le temps soit couvert, nous ne pouvons pas apercevoir les sommets de l’Himalaya qui se dessinent au fond de la vallée. Sur la journée nous n’avons pas fait beaucoup de différence d’altitude – 2200m à 2400m – mais entre les deux c’était les montagnes russes : 2800m au plus haut et 1400m au plus bas.

2 anecdotes de la journée :
  1.  avant le dernier raidillon pour arriver à Bupsa,  nous avons vu un porteur qui semblait très âgé, et il était tellement impressionnant de part la taille de ce qu’il transportait. Nous l’avons redoublé plusieurs fois pendant 3 jours, il portait 60kg et se dirigeait jusqu’à Namche Bazar. C’est fou de voir des petits bonhommes porter des marchandises énormes, sur les mêmes chemins escarpés que nous prenons. Ça fait relativiser.
  2. Le 1er jour nous avons doublé un groupe de jeunes avec des enceintes et un clavier de synthétiseur, et accompagnaient un adulte aveugle dans les sentiers. C’était fort de le voir grimper avec sa canne, mais encore plus impressionnant lorsqu’on les a vu jouer de la musique le lendemain dans un village entre Hewa et Bupsa.

La culture Sherpa

Sur les 170 ethnies au Népal, la communauté Sherpas est en minorité mais ce sont eux qui vivent en altitude dans les villages les plus élevés.
  1. Si un terrain est possédé par une femme, elle paiera 50% de taxes en moins qu’un homme.
  2. Cependant les hommes ramènent l’argent et les femmes décident de tout. Si un homme veut dépenser de l’argent, acheter une voiture, partir en expédition, c’est la femme qui donne son accord et si c’est non c’est non ! Et pour reconnaître une femme mariée dans une maison elle porte un tablier, les autres sont célibataires. Au final est ce que c’est très différent de chez nous ? ^_^
Dawa

De Bupsa (2400m) à Phakding (2610m)

Beaucoup d’embouteillages de mules sur le chemin mais c’est rigolo. L’arrivée à Pakhe pani se fait presque dans le brouillard. Le lodge est assez sommaire, et les consommableq sont beaucoup plus cher que ce qu’on a l’habitude. En plus il fait très froid, et pour la douche pas d’eau chaude et ça se passe sur les toilettes… on commence à moins rigoler. De la marche de la marche jusqu’à Phakding…
🔥63 vues
3

Ma vie est trop compliquée pour tenir dans un texte de présentation, mais ce que je peux dire c'est que j'ai toujours rêvé de voyager autour du monde et découvrir de nouvelles cultures. Aujourd'hui, j'ai emballé mes affaires, quitté mon travail et je suis tous les jours dans un endroit magnifique ... Il ne manque plus que ma patatas fritas

Poster un commentaire