Top

Besoin de gras

Arrivé à Makassar j’ai toute l’après midi à patienter jusqu’à 21h pour le bus de nuit vers Rantepao, le centre du Sulawesi. Depuis que j’ai quitté Sipadan, il s’est passé 5 jours et cela n’a été que stress, transport, attente et visa. Dans ces moments de transitions, ma petite tradition c’est de chercher un McDo/Burger king, ce qui me permettra de changer du très lassant « riz poulet », de manger gras, de charger mes appareils et dans ce cas précis d’y patienter l’après midi alors qu’il pleut à l’extérieur. Il y a un McDo à 100m du terminal de bus, c’est royal.

Royal deluxe

Au terminal, plusieurs bus partent pour Rantepao. Dans mon bus il y a 2 sièges en catégorie Gold, 3 sièges Silver et tout le reste ce sont des sièges assez classiques. Pour espérer dormir un peu j’avais demandé à Anis de prendre la catégorie Silver – 12€ le siège classique, 16€ pour le silver, le gold à 23€ était par contre vraiment trop cher. Le chauffeur m’indique que je me suis trompé et que mon siège est le premier… Donc le gold 😎
Je suis sûr que non vu que les sièges sont numérotés mais je ne dis rien et profite de ce surclassement avec le sourire. Au moins je reste dans la thématique McDo avec un voyage Royal deluxe – sandwich chez McDonald’s.
Dans le bus de nuit

Toraja ou le champ lexical de la mort

Les Toraja ont un rapport très particulier avec la mort et lui vouent un culte. Il est extrêmement important pour eux de mettre en œuvre tous les moyens possible pour accompagner le corps d’un proche au paradis. De ce fait un enterrement rassemble beaucoup de monde et coûte extrêmement cher – jusqu’à 10 000€, il est donc fréquent d’attendre de quelques mois à plusieurs années pour la cérémonie, le temps de rassembler l’argent. Bien que ce soit la raison officielle, ils ne parlent pas d’argent, mais plutôt « lorsqu’ils sont prêt ».
Ils conservent les corps chez eux toutes ces années, avec du formol – ou une préparation d’herbes pour les plus conservateurs mais dans ce cas là l’odeur est bien présente… –  Tant que le corps n’est pas enterré, la personne est considérée comme malade, et toute la famille continue de vivre avec, comme si « le défunt » était toujours parmi eux. A chaque repas, une assiette en plus, ils apportent le café, et lui parle normalement. Certains dorment avec…
La carte du pays Toraja
La mort pas content hein ?
Rantepao
Tombeaux suspendus
Pays Toraja
Bonjour monsieur
Petite grotte sympa

Tu me placeras le crâne de jean-Jacques sur l’étagère avec les autres stp ?

bibliothèque Toraja

Ma’néné

Ce rapport avec la mort est tellement intense qu’après les récoltes, entre Août et Septembre, ils organisent des cérémonies Ma’nene – se prononce manéné. C’est une grande célébration dans laquelle la famille déterre ses morts pour changer les habits. Ils font des photos de famille avec les corps momifiés tenant debout ! Ces cérémonies sont également publiques, tout le monde peut y assister – voire même un peu trop… des retours que j’ai eu les gens se ruent presque devant la famille concernée pour faire des photos sans vraiment respecter ce qui est en train de se passer – et pour chaque famille cela se produit tous les 3 ou 5 ans. Ça doit être assez fou à voir mais ce n’était pas la bonne saison pour moi.
Cérémonie Ma'néne
Photo de famille

Le village traditionnel

Un authentique village Toraja est facilement identifiable par les maisons au toit élancé appelées « Tongkonan ». Seulement quatre couleurs suffisent à sa décoration :
noir : symbole de la mort
rouge : symbole de la vie (sang)
blanc : symbole de la pureté (os)
jaune : symbole du pouvoir (dieux)
Village Toraja
Tongkonan en réparation
Eglise remixée en Toraja
Villages
Des motifs symboliques – animaux, récolte, sacrifice – et géométriques ornent les magnifiques panneaux de bois qui recouvrent la façade. Tout étant sculpté à la main, la fabrication de tous les panneaux d’une seule maison prend entre 4 et 8 mois.
Une allée centrale Est-Ouest sépare ainsi les Tongkonan toujours orientés Nord, des greniers à riz. L’orientation nord est primordiale pour l’organisation des cérémonies.
Maison Toraja
Devanture d'un Tongkonan
Les sculpteurs de panneaux
Les sculpteurs de panneaux

Cérémonies

Les cérémonies font partie intégrante de la culture Toraja. On distingue deux types de « fête » :
  • Rambut Solo : Regroupe les célébrations de la mort. Elles se passent du côté ouest du village, correspondant au soleil couchant.
  • Rambut Tuka : Regroupe les célébrations de la vie – naissance, mariage, inauguration de la maison . Elles s’apparentent au soleil levant donc se passent du côté Est du village.
A savoir que les Rambut Solo durent 4 jours et sont bien plus important à leur yeux que les Rambut Tuka. Selon le jour sur lequel on tombe, les « animations » sont différentes.
  • – Le premier jour est dédié à la sortie du corps à l’extérieur de la maison : danses et sacrifices.
  • – Les jours 2 et 3 sont dédiés aux invités : sacrifices, festin, procession des invités.
  • – Le jour 4 c’est l’enterrement. Si les 3 premiers jours rassemblent beaucoup de monde, ce dernier est plutôt réservé à la famille.
Rambu Solo
Rambu Tuka
Tombeau familiale
Jusqu'à ce que la mort nous sépare... et ben même pas
Caveau dans la montagne

Un des intérêts de venir en pays Toraja est d’assister à une cérémonie funéraire – Rambut Solo. Il est possible de le faire seul mais c’est fortement conseillé d’y aller avec un guide pour être mieux intégré, rencontrer la famille et avoir les explications détaillées. C’est aussi mieux vu, mais surtout pour connaître le lieu de la cérémonie. A moins de tomber dessus par hasard, il est impossible pour un touriste de savoir dans quel village avoir un Rambut Solo.

Les femmes lors d'une cérémonie
Grenier à riz

Sacrificeland

Les cérémonies sont accompagnées d’un nombre conséquent de sacrifices de cochons et de buffles. En visitant le pays Toraja, il vaut mieux être averti et ne pas trop s’attendrir pour les animaux… C’est une culture très éloignée des habitudes européennes et ça se respecte, notre culture leur paraît sûrement très étrange. C’est surement dérangeant pour certaines personnes, mais il n’y a pas à être choqué par un sacrifice, nous ne sommes pas tout blanc en matière de maltraitance animale. Pour ma part, au delà de l’acte de sacrifice – auquel il faut s’habituer en passant plusieurs jours en pays Toraja, ce qui m’a vraiment dérangé c’est que ce n’est pas « juste » un sacrifice vite fait bien fait mais c’est un véritable spectacle. Je parle bien des buffles, parce que les cochons tout le monde s’en fout ils sont souvent égorgés à l’arrière de la cérémonie. 
Le buffle est un animal sacré chez les Toraja c’est pourquoi il a autant d’importance à leurs yeux. Et c’est là le paradoxe de la situation. Selon son gabarit et son type : albinos, tacheté etc, un buffle coûte plus ou moins cher. Jusqu’à 20 000€ et cela paraît fou d’imaginer sacrifier un animal qu’ils ont payé une fortune. C’est fascinant de voir la puissance de leur croyance et l’importance des moyens mis en oeuvre pour accompagner le défunt au paradis. Les plus grandes cérémonies peuvent sacrifier jusqu’à 60 buffles 😥
Tu le veux mon cochon ?
Un viking !
Malheureusement on sait où il va finir
Sacrifice de buffle

Tutoriel de sacrifice Toraja

Avec la machette ils lui tranchent la gorge, mais un buffle c’est très costaud et a également une artère dans la nuque, donc contrairement aux humains il ne meure pas de suite – non je n’ai pas vu de sacrifice d’humains !  🐂🔪 Ainsi le buffle se vide de son sang en restant tranquilou sur ses quatre pattes, jusqu’au moment où affaiblit il tombe, puis se relève, puis retombe et se relève… Cela peut durer entre 5 et 10 minutes et pendant ce temps tout le monde « apprécie » et rigole du spectacle. Pour ma part je n’y ai pas assisté car j’étais en cuisine avec les cochons au moment où ça s’est produit, et lorsque je suis revenu au centre il était déjà par terre. Raphaël et Jimena, un couple de ma Guesthouse m’ont montré une vidéo et ça m’a vraiment suffit… Il faut avoir le coeur bien accroché !
Toi tu coûtes une fortune ! ~20.000 €
Toi tu ne vaut rien au pays Toraja...
Enfants du village
Marquage de cochon
Le scooter cochon
Sacrifice
Les petits enfants du défunt
Procession lors d'un enterrement
Le papillon : cochon cuit dans le bambou
Plusieurs générations
Trop mignonne

Une histoire de rang social

Dans la culture Toraja il est très important de montrer publiquement son rang social. Du fait de leur coût exhorbitant, et de la longue attente avant de pouvoir en organiser une, les cérémonies sont ainsi directement liées au rang social des familles. Cela se traduit par le nombre de cornes de buffle clouées sur le poteau à l’avant de chaque maison. En effet, à chaque fois qu’une famille organise une cérémonie, qu’elle soit Rambut Solo ou Rambut Tuka, une nouvelle corne de buffle venant d’un sacrifice est accrochée, et lorsque le poteau est plein, les cornes sont accrochées sur la devanture de la maison. Facile de répérer les familles surblindax 🤑🤑
Corne de buffle accrochées à la maison
Devanture d'un Tongkonan

De même, pour repérer le chef du village – dans le cas de gros villages, car certains villages n’ont que 2 maisons 😂, c’est la seule maison qui possède un affichage de mâchoires de buffles. Après avoir accroché la corne de buffle au poteau, la famille donne une mâchoire au chef du village 🤠

Les machoires pour le chef du village

Le marché aux bestiaux

Le marché de Bolu est assez particulier. Tous les samedis, c’est la foire aux bestiaux tu peux acheter des cochons, des buffles, des coqs, mais également des choses un peu plus classiques 🙂
Mamie rock'n roll
Y a plus qu'à cuisiner
Marché dans la rue
Un festival de saveur
Ca va si je te mets le cochon dans le sac ?
Oui pas de problème je le mets dans le coffre après

Escapade en pays Toraja

Le pays Toraja n’est pas que sacrifices et cérémonies c’est également une terre fertile pour l’agriculture. Des tombeaux sous terrain aux villages des montagnes Séséane, le charme du pays Toraja passe par des kilomètres de rizières en terrasse qui offrent un panorama magique. J’ai consacré 2 jours et demi pour l’exploration du Nord et du Sud de Rantepao.
Dans l'arrière pays Toraja
Travailleur
Yo
Un paysage de rizières
Sur le chemin de l'école
Au nord de Rantepao
C'est très vert
Même les enfants travaillent
Petit tombeau de montagne
Yo

Authentique guesthouse

Je loge dans une maison Toraja moderne située au coeur d’un village traditionnel. Vivre au sein d’une famille Toraja c’est le top pour s’imprégner de la culture locale, et en plus l’accueil est fabuleux !
Magnifique repas à la guesthouse
La guesthouse en plein milieu du village
La guesthouse toute mimi
🔥176 vues
3

Ma vie est trop compliquée pour tenir dans un texte de présentation, mais ce que je peux dire c'est que j'ai toujours rêvé de voyager autour du monde et découvrir de nouvelles cultures. Aujourd'hui, j'ai emballé mes affaires, quitté mon travail et je suis tous les jours dans un endroit magnifique ... Il ne manque plus que ma patatas fritas

Poster un commentaire