Top

Le raté de l’avion du début nous avait fait perdre une journée de Trek, à présent nous avons trop de jours restants puisque l’Island peak a pu être fait dès le 1er jour sans utiliser le tampon météo ni le jour de préparation. Quentin, Stéphane, Julie et Bruno sont déjà repartis car leur vol international était prévu plus tôt que nous. Il nous reste donc 4 jours pour rejoindre Lukla et prendre l’avion contre 2 initialement prévus. Il faut revoir le programme avec Dawa !

NB : Les petits malins diront qu’on a qu’à rentrer plus tôt à Kathmandou… Oui mais cela implique de modifier le billet d’avion de Lukla – qui est assez bancal niveau météo (sachant que notre vrai jour de départ est prévu beau temps contre brouillard les jours précédents, donc c’est le risque d’avoir l’avion annulé – Cela implique aussi de se faire rembourser les 2 jours de trek, ce qui  est assez galère à estimer en prix. Et puis il est tout de même mieux de passer 2 jours de plus en montagne que dans la pollution de Kathmandou 🙂

Chukung (4800m) – Deboche (3800m)

Départ de Chukung sous la neige, il y a une bonne épaisseur, peut être 10cm mais malheureusement encore ce brouillard pour gâcher la vue. 1000m de descente dans la journée, nous retombons à 3800m et c’est un pur bonheur ! On a vraiment cette sensation de revivre, de pouvoir mieux respirer. Sur la route nous passons par le haut de Pangboche afin d’aller visiter le monastère. Le sentier est vraiment joli, hors de l’autoroute touristique, et nous arrivons sur le monastère vieux de 400 ans – le plus vieux de la région de l’Everest. Devant nous dans la salle sacrée, un moine est en train de réciter une prière à toute allure – en tibétain – tout en tambourinant l’énorme tamtam qui est devant lui. Dans cette pièce sacrée sont présentes de nombreuses statues portant des masques qui ressemblent à des dragons et qui représentent les divinités des régions avoisinantes. C’est intéressant de vivre ce moment de la culture bouddhiste – photos et vidéos interdites, il te faudra venir le voir en personne au Népal 🙂
Nous avons également vu un crâne et une main de Yéti enfermés dans une cage en verre qu’ils gardent comme un trésor – on ne saura toujours pas si c’est réel ou si un gros fake marketing... Seul Tintin le sait !
 
Pour la petite histoire, il y a fort longtemps, Lama Sangwa Dorje le roi de la région de Khumbu était un moine très haut placé qui se déplaçait énormément dans la région. Cela lui valut le surnom de « The flying lama ». Il s’exila pour méditer dans les montagnes au pied du pic Tobuche. La légende raconte qu’il était aidé d’un Yéti pour venir en aide à la population locale pendant que le Lama méditait. Un jour il y eu une avalanche et le Yéti se sacrifia pour sauver le moine. Le monastère a ainsi été reconstruit plus bas sur les hauteurs du village de Pangboche au 16e siècle, qui vénére depuis ce jour le Yéti.
Si tu veux prendre une douche c'est là bas 🙂

Deboche (3800m) – Kumjung (3800m)

Au petit matin, nous montons sur la colline à Tengboche pour visiter le monastère – cette fois le plus grand. Il est très joli mais le lieu est désert. Après 2h30 de marche nous voilà à Kumjung. Ce village est vraiment magnifique, voire coup de coeur. Pour atteindre ce village il faut remonter un peu dans la vallée au dessus de Namche Bazar ce qui fait que nous sommes sortis de l’autoroute touristique de tous les trekkers qui vont au camp de base de l’Everest. Et ça se voit ! C’est un vrai grand village authentique. Aucune boutiques, et on aperçoit réellement la vie des Népalais, chose qui était assez difficile de se rendre compte auparavant. Durant l’après midi dans ce village nous avons pu voir les locaux entretenir leurs jardins, promener leurs Yaks, j’ai pu faire une partie de foot avec Dawa le porteur et des enfants du village en utilisant un Stupa – petit édifice qui fait office de temple – comme cage de foot.
 
NB : Courir comme une brute à 3800m ça calme assez vite ! Et alors que pendant 3 semaines de trek je n’ai pas eu de courbatures, cette partie de foot m’a fait mal aux mollets dès l’après midi.
Mais surtout nous avons pu suivre le quotidien d’une famille Népalaise et ça n’a pas de prix. Celle du Manala lodge dans lequel nous étions hébergé. Cours de cuisine, berçer un enfant, jeux de cartes, cours de Népalais, lessive en extérieur, aller remplir les bidons d’eau dans la rivière : tout le monde participe, petits comme grands. C’est une belle leçon de vie.
Monastère de Tengboche
On se répartit la charge, qui porte quoi ?

L’envol de Lukla

La suite du chemin vers Lukla se fait tranquillement. Nous avons 2 jours pour rejoindre l’aéroport c’est easy. On profite pour visiter des monastères et profiter de la vie des villages – en passant devant un pensionnat, nous avons eu la chance d’escorter un groupe d’enfants jusqu’à l’école et de chanter avec eux.
 
En ce 27 octobre, c’est le deuxième jour de Tihar. Une fête religieuse hindoue qui s’étale sur 5 jours et célèbre chaque jour une divinité. Des groupes d’enfants sur les chemins de randonnées vendent des fleurs, font de la danse et des chants afin de récolter un peu d’argent des randonneurs et porteurs. Le soir dans les villages, à la manière d’Halloween les enfants vont taper aux portes et chantent des chansons jusqu’à épuisement des adultes pour récupérer de l’argent 🙂 à la différence qu’ils ne sont pas déguisés ! Aujourd’hui c’est la célébration du dieu de la santé, la tradition exige de former un chemin lumineux avec des bougies à l’entrée des habitations et de laisser portes et fenêtres ouvertes toute la soirée. Le dieu alors attiré par la lumière suivrait le chemin pour entrer dans les foyers et apporter aux habitants la santé nécessaire.
Au petit matin, direction la piste de décollage de Lukla pour quitter l’Himalaya. Les avions enchaînent les vols à un rythme effréné. A peine arrivé, les passagers débarquent, d’autres embarquent et avion repart aussitôt. De la salle d’attente on voit les avions s’élancer sur le toboggan de décollage c’est impressionnant.
A notre tour, les hélices tournent, l’avion est en haut du toboggan prêt à s’élancer ! On passe la petite bosse et vroum c’est la descente vers le vide. De mon siège je vois le bout de la piste qui s’approche, encore et encore… Je me demande quand est ce qu’il va décoller. Le bout de la piste approche, au delà la montagne se termine et c’est le vide… Lorsque soudain nous voilà propulsés dans les airs dans un vrombissement de moteur assourdissant. L’avion vole bas, et slalom entre les collines c’est une expérience magique ! Voir les montagnes de là-haut, refaire le chemin inverse et passer au dessus des petits villages de Hewa, Taksindu… Nous voilà revenu 3 semaines plus tôt mais 500m au dessus du sol.
Prêts à recommencer cette merveilleuse expérience Himalayenne. Merci Kusang et toute l’équipe de Panorama Himalaya Trekking.
Aéroport de Lukla
🔥46 vues
0

Ma vie est trop compliquée pour tenir dans un texte de présentation, mais ce que je peux dire c'est que j'ai toujours rêvé de voyager autour du monde et découvrir de nouvelles cultures. Aujourd'hui, j'ai emballé mes affaires, quitté mon travail et je suis tous les jours dans un endroit magnifique ... Il ne manque plus que ma patatas fritas

Poster un commentaire