Top

Le groupe de Trek

Rencontre avec le groupe de Trek. Nous sommes 6 : Bruno, Julie, Stephane, Quentin, ma mère et moi. Tout le monde a le sourire et une bonne ambiance s’installe dès le début c’est trop cool.
Je me suis toujours demandé comment ça se passait la préparation des affaires avant une expédition dans l’Himalaya. A présent j’ai la réponse !
Préparation du sac pour l'expédition
Tout emballé

La porte d’entrée de l’Himalaya

Réveil à 5h direction l’aéroport pour décoller. On a nos billets d’avion pour Phaplu, c’est notre porte d’entrée pour l’Himalaya ! Cette partie de l’aéroport est dédiée aux vols locaux donc on arrive vite en salle d’embarquement mais l’attente s’y fait longue…  A savoir que notre vol n’a été confirmé que la veille car la météo était incertaine depuis quelques jours. Des nuaaaages noirrrrs – non non Michel on t’arrête de suite… –  et du brouillard bouchent l’horizon. Surtout que dans les montagnes les avions volent à vue, pas d’instruments de navigation donc si la visi n’est pas bonne, interdiction de décoller !

Billet d'avion Kathmandou - Phaplu

Longue attente

Notre vol n’est même pas sur les panneaux d’affichage car il n’était pas prévu officiellement et a été rajouté au dernier moment par la compagnie Népal Airlines, afin de rattrapper les annulations des jours précédents. Nous ne sommes donc pas prioritaires sur la liste de décollage, ce qui nous amène à un léger retard d’embarquement de 40min. Fin du suspense, annonce du vol, le groupe se lève, poinçonnage des billets et direction la piste pour monter dans le bus qui nous amènera à l’avion. Nous sommes super motivés ! Une fois dans le bus on nous annonce 1h d’attente avec interdiction de sortir du bus… Le temps est long mais arrive le moment où le bus démarre et nous amène à l’avion.

Faire confiance au pilote

Arrivé devant le coucou, tout le monde se regarde, je n’arrive pas à savoir si c’est de la peur ou de l’excitation… le petit engin à moteur que nous fait face sera donc notre avion ! On comprend mieux les annulations de vol en cas de mauvaise météo 🙂 Tout le monde prend place, il y a même un Stewart recroquevillé sur son siège pour nous accueillir – oui il y a un Stewart dans cet avion. Le couloir de l’avion est tellement étroit qu’il faut avancer en crabe, le buste penché en avant, mais c’est rigolo.
Un petit avion pour l'Himalaya
Y a-t-il un pilote dans l'avion ?
Peu d'espace dans l'avion
Je suis placé juste derrière le cockpit, à tel point que si je tends le bras je peux toucher le pilote c’est vraiment une sensation intense.
Le moteur démarre, les hélices tournent, l’avion avance sur la piste prêt à décoller, l’excitation est au maximum. Petit moment d’attente car beaucoup de gros avions nous passent devant.  Jusqu’à ce moment… où le co-pilote fait signe au Stewart de venir… Mais nous n’aurions jamais voulu entendre ce message !

Énorme fail

Trop de vent + gros brouillard sur l’aéroport de Phaplu – qui est dans les montagnes – , l’aéroport doit fermer et nous ne pouvons pas décoller alors que nous sommes sur la piste ! On a vraiment cru à une blague car l’avion s’est mis à avancer sur la piste de décollage mais ensuite tourne à droite pour revenir à son box. Grosse déception mais d’un côté c’est pas plus mal puisqu’on ne sait pas si on serait bien arrivé a destination… Notre guide Dawa Tsering nous racontait que les pilotes subissent beaucoup de pression avec ce genre de vols internes qui sont souvent décalés ou annulés et lorsque les vols sont maintenus pour éviter une révolte, arrivent alors les erreurs ! Sage décision, Ça nous rassure 🙂

Changement de plan

Les guides discutent entre eux pour savoir si on retente l’avion le lendemain au risque d’avoir le même scénario si la météo n’est pas meilleure, ce qui nous ferait perdre une journée de plus dans le Trek et ainsi poser problème pour rattrapper le parcours prévu.
Tout ce bazar a duré longtemps. Depuis 5h du matin que nous sommes levés, nous rentrons à la Guest House vers 12h avec prolongations à Kathmandou pour l’après midi. Nous profitons de ce quartier libre pour aller visiter le quartier sacré de Pashupatinath à 20min de taxi, et qui était prévu pour le retour du Trek.
🔥61 vues
1

Ma vie est trop compliquée pour tenir dans un texte de présentation, mais ce que je peux dire c'est que j'ai toujours rêvé de voyager autour du monde et découvrir de nouvelles cultures. Aujourd'hui, j'ai emballé mes affaires, quitté mon travail et je suis tous les jours dans un endroit magnifique ... Il ne manque plus que ma patatas fritas

Poster un commentaire