Top

Une histoire de Visa

Pour les ressortissants français les options classiques pour entrer en Indonésie  sont :
  • – exemption de visa : le séjour sera de 30 jours maximum avant de sortir du territoire. Impossible de renouveler quoi que ce soit puisque tu n’as pas de visa, mais l’avantage c’est que ça coûte 0€ pour un court séjour et il n’y a rien à faire.
  • visa tourisme : le séjour sera de 30 jours également mais avec un seul renouvellement possible ce qui donne 60 jours de séjour maximum avant de sortir du territoire. Le visa coûte 33€ et le renouvellement pareil, et il est possible de le faire à l’arrivée a l’aéroport. A savoir que si tu fais une exemption de visa il est impossible de demander par la suite le visa 30 jours sans sortir du territoire – ça serait trop facile pour économiser 33€.
La majorité des voyageurs français en Indonésie ont recours à une de ces deux options. Cependant dans le cas d’un long sejour – j’ai prévu 3 mois en Indonésie – je suis théoriquement contraint de faire le visa 30 jours renouvelables puis sortir d’Indonésie pour revenir avec ou sans visa. C’est très contraignant et onéreux car les vols vers Kuala Lumpur ou autre ville hors d’Indonésie ne sont pas donnés en ce moment… Mais c’est la loi ! Lors de la préparation du voyage j’ai retourné les solutions dans tous les sens pour rester 3 mois sans sortir et je crois bien avoir trouvé le Graal : le visit visa.

Le visit visa c’est quoi ?

Le visit visa c’est un visa qui permet de rester 60 jours et qui est renouvelable 4 fois. Ce qui te permet de rester 8 mois en Indonésie 😎😎. De plus ce visa coutant 47€, même pour ceux qui ne restent que 2 mois, il est plus avantageux financièrement que le 2 fois 30 jours 🥳

Champagne shower

Le hic dans l’histoire c’est que ce visa est très difficile à obtenir puisqu’il doit obligatoirement être fait avant l’entrée sur le territoire et les démarches sont assez longues et complexes. Notamment une des conditions sinequanone pour l’obtenir est d’avoir un sponsor indonésien – n’importe quel citoyen Indonesien fait l’affaire –  avec une lettre d’invitation pour ta présence sur le territoire.  Pas facile donc ! Sauf qu’il y a une astuce …

Mais quelle est donc cette sorcellerie ?

Cette astuce se trouve sur l’île de Bornéo qui est partagée entre la Malaisie et l’Indonésie, et plus précisément dans la ville de Tawau. Il semble que ce soit le seul consulat au monde où il est possible d’obtenir le Saint Graal, SANS lettre de recommandation ET dans la journée !
Ça vaut le coup de se bouger un peu les fesses pour aller le chercher, et ça tombe bien pour moi c’est à 1h de route de Sipadan.
Trajet Semporna-Tawau

Une organisation en Dominos

Manque de bol mon arrivée à Tawau tombe un samedi 😣 c’est le weekend, je dois attendre jusqu’à lundi dans une ville fantôme avant l’ouverture du consulat… Mais c’est ça ou un visa normal. D’autant plus qu’il y a très peu d’information sur internet à ce sujet et les dernières mise à jour trouvées datent de début 2019, ce qui rend ma démarche bancale et peu fiable. A ce moment précis je ne sais toujours pas si ça va marcher, ni combien de temps cela va me prendre. C’est très stressant car pour atteindre le pays Toraja au Sulawesi j’ai une organisation en Dominos :
–> L’obtention du visa conditionne la date du ferry pour Tarakan
–> l’arrivée à Tarakan conditionne le vol pour Makassar (1 par jour)
–> ce vol conditionne la date du bus de nuit.
Ce qui veut dire que j’avance à l’aveugle et que je ne peux rien réserver pour une étape tant que je n’ai pas validé l’étape précédente – hébergement, guide, vol, transport etc.

Le consulat de Tawau

Le consulat est à 6km du centre ville de Tawau. Déjà que Tawau est assez fantôme, autant dire qu’autour du consulat il n’y a vraiment rien à part la villa d’un local qui propose 4 chambres à louer dans une annexe de sa maison. Je suis le seul client, j’ai donc la villa pour moi tout seul avec salon, cuisine, à quelques pas du consulat pour 14€. C’est cher pour mon budget mais dans tous les cas le moins cher de Tawau sur Booking est à 12€ et se situe au centre ville donc ça ne m’arrange pas. Je passe le weekend à éditer les supers épisodes que tu adores et le soir après avoir fait un petit tour au supermarché du coin c’est soirée film en mode étudiant : pâtes, sauce tomate 🍝.
Soirée étudiante

Tous ces jours d’attente depuis mon arrivée à Tawau sont des jours perdus pour le Sulawesi donc je croise les doigts pour que tout glisse comme dans du beurre et que je puisse entrer en Indonésie au plus vite. Lundi 8h45 me voilà devant le consulat qui ouvre à 9h d’après Google. Ça commence mal, il était déjà ouvert avec quelques personnes à l’intérieur… merci Google je suis énervé 😤😠 ! Finalement je suis le premier pour les demandes de type « visa » donc je décolérise 🧘‍♂️

Ticket d'attente consulat

Au guichet, j’annonce ma demande pour le visa 60 jours avec un petit suspense dans la voix et je me prépare à avoir un refus direct ou une liste de papiers impossibles à obtenir. Le monsieur très gentil me demande le passeport et une photo d’identité puis me tend un formulaire à remplir avec un modèle type de demande à recopier à la main. Je m’exécute, lui ramène les papiers et me dit de patienter. Excité par les choses qui ont l’air de bien se dérouler et un peu trop gourmand, je lui demande s’il pense qu’il me sera possible d’attraper le seul ferry qui part tous les jours à 11h30 pour l’Indonésie…  Avec un grand sourire il m’annonce que ce type de visa prend jusqu’à 3 jours.

😱😱 Nooooooooooooooon 😱😱

Je n’ai pas du tout prévu et envie de passer 3 jours de plus à Tawau !

Le consulat le plus drôle du monde

Le temps est long sur mon petit siège bleu… Après presque 3h d’attente en méga suspense  il me rappelle pour me dire de venir chercher le visa à 14h. C’est très pénible mais d’un côté il a dit « revenir chercher le visa »…

Si c’est ça la notion de 3 jours Malais ça me va

Je reste sceptique quand même parce que ça me semble flou cette histoire mais une partie de moi est hyper contente. Après 2 heures d’attente, à manger un « Mee Goreng Ayam » – riz fris et poulet – au petit resto prison face au consulat, me voilà à 14h refaire la queue pour un nouveau ticket. Encore 1h d’attente cette fois avant d’entendre mon numéro. Tout sourire je fonce vers le type du matin comme si c’était mon ami qui cette fois ne sourit pas du tout… Il me rend mon passeport et m’annonce qu’il y a un problème avec le visa – je redescends de 50 étages sous terre. 

Not possible sir

Comment ça « not possible » ? 

J’attends des explications mon coco

Il me reprend des mains le passeport, l’ouvre en me disant « sorry passeport NOT ok ». Dépité je regarde mon passeport et je vois sous mes yeux le visa 60 jours puis il explose de rire !
Visit visa de 60 jours

Tu sais que tu es très drôle mon petit 

Je m’avoue vaincu, il m’a bien eu ! À quel moment je suis censé imaginer qu’ils puissent faire de telles blagues dans les consulats.

NB : Grosse augmentation du visit visa qui m’a couté 210 ringgits – 47€ –  contre 180 ringgits en 2018 – 40€.
Soulagé et grand sourire, le passeport à la main, je sors du consulat au ralenti comme dans les films lorsque le héro fait tout exploser. Il est 15h j’y ai passé la journée, mais ça valait le coup. Pour fêter ça, je fais les 6 km vers le centre de Tawau à pied ! Belle récompense hein ?!

L’entrée en Indonésie

Maintenant que j’ai le visa il ne faut plus trainer, je dois rejoindre Tarakan en ferry – toujours sur Bornéo mais côté indonésien. Le prochain ferry est demain à 11h30… Ah ben non en fait. Je suis allé me renseigner au port et il n’y a que 3 ferrys par semaine pour Tarakan et manque de bol c’était ce matin pendant que j’étais au consulat. Il me faut donc attendre mercredi 🧘‍♂️😠🧘‍♂️😤🧘‍♂️🧘‍♂️🧘‍♂️🙏

En revanche les ferrys pour Nunukan sont tous les jours 😁 Mais ça ne m’intéresse pas car pour atteindre Makassar au Sulawesi c’est au départ de Tarakan. Le guichetier me conseillé de partir à Nunukan puis de prendre un speed boat jusqu’à Tarakan. Je sens que cette histoire va me coûter un bras, ça y est je suis énervé alors je vais m’acheter des fruits au marché !

Jackfruit
Rambutan

Je passe la soirée à étudier les possibilités, et chercher des infos sur internet mais il y a ZÉRO information à ce sujet. Je parviens difficilement à trouver un article d’un journal indonésien sur les speedboats de Nunukan qui après traduction m’informe que tous sont au prix fixe de 230 000 IDR – 15€ – et le dernier part à 13h. L’opération est risquée mais en supposant que les infos soient fiables, je calcule que « ferry Nunukan + speedboat Tarakan » est au même tarif que « une nuit de plus à Tawau + ferry Tarakan ». Dans le meilleur des cas je retombe sur le planning initial, dans le pire des cas je perds la journée qui de toute façon était perdue si je restais à Tawau.

Après 1h de ferry jusqu’à Nunukan, et 30 minutes de questionnement Coronavirus à l’immigration, je trouve un rabatteur de speedoat Tarakan et file avec lui. Il est 13h45, le bateau part à 14h, la mission est un énorme succès ! Je peux à présent réserver mon vol Tarakan Makassar pour le lendemain – impossible de le faire tant que je n’étais pas arrivé à Tarakan.

La langue des signes

Sur cette partie de l’Indonésie, je constate qu’il est très difficile de communiquer puisque le peu de locaux qui pratiquent l’anglais le parlent très approximativement. Même dans les hôtel c’est parfois difficile de se comprendre. Extrait d’un échange à l’hôtel de Tarakan :
  • – Toto : Can I have dinner at the hostel ?
  • – Hostel : No sir, no dinner
  • – Toto : Oh ! Any restaurant around ?
  • – Hostel : No very far…
  • – Toto : hmmm so I cannot eat tonight ?
  • – Hostel : yes you can eat here
  • – Toto : but you said no..
  • – Hostel : you cannot have dinner but you can eat
  • – Toto : hmmm so if it a yes or a no ?
  • – Hostel : yes come with me

Et me voilà à table.. c’est compliqué hein ?!

Réservation internet en Indonésie

Quelques dominos sont tombés, je suis à Tarakan, j’ai mon avion le lendemain vers Makassar, c’est à présent au tour du « Domino bus de nuit » vers le pays Toraja. Même si nous sommes en basse saison, il est fortement recommandé de le réserver 24h à l’avance puisque de nombreux locaux font également le trajet Makassar/Rantepao. Étant à distance depuis Bornéo je ne peux pas me rendre à un terminal de bus, tous mes espoirs reposent donc sur internet.
De nombreuses compagnies font le trajet et les prix sont globalement les mêmes, mais certaines sont plus fiables que d’autres – horaires, sécurité, vol de bagage etc. J’épluche les quelques compagnies qui ont un site internet – c’est déjà un miracle, et tant pis pour les autres. Dans le lot, certains sites ne fonctionnent pas et impossibilité de passer une réservation ce qui réduit le choix à 2 compagnies : primadona et malalang.
Problème : une fois la réservation effectuée, pas de paiement par CB, il faut payer en virement bancaire ou directement à un ATM – et oui on peut payer dans un distributeur de billets.  Sauf que cette étrange sorcellerie de paiement ATM n’est possible qu’avec une carte bancaire Indonésienne, et pour le virement bancaire je ne le tente même pas vu que c’est dans moins de 24h. Je suis donc coincé

👉👌

Après mon échec de compréhension pour le dîner je retente de demander de l’aide au réceptionniste. C’est déjà très compliqué de lui faire comprendre qu’il s’agit d’un bus au Sulawesi  entre Makassar et Rantepao. Il n’arrête pas de me dire « no bus, not possible » puisqu’il pense que je souhaite me rendre à Makassar en bus depuis l’île de Bornéo ! Après 10min, il comprend enfin et me propose gentillement de payer dans un ATM et que je lui donne le cash. Techniquement ça pourrait le faire mais étant étranger de cette sorcellerie je ne sais pas comment ça fonctionne, s’il y a un souci je ne reverrai jamais l’argent ! Tant pis je mise sur la chance que le bus ne soit pas plein en arrivant demain midi à Makassar 🙏
Entre temps ma soirée s’oriente sur des blogs pour l’organisation de mon séjour en pays Toraja et je tombe sur le téléphone de Anis, un guide francophone recommandé. En le contactant via WhatsApp on se met d’accord sur le tarif mais je lui explique l’incertitude de mon jour d’arrivée du fait de la galère pour réserver le bus.

Je s’occupe de tout, tu s’occupe de rien

Il est 21h et 20 minutes plus tard, je reçois une photo de mon ticket de bus nominatif qu’il est parti m’acheter ! Et apparemment ça suffit de montrer une photo du ticket, je lui donnerai l’argent en main propre à mon arrivée.

This is how we do in Indonesia

Cette entrée en Indonésie était très incertaine mais tout est enfin calé et après avoir perdu 4 jours, je suis prêt pour l’aventure au Sulawesi.
🔥144 vues
3

Ma vie est trop compliquée pour tenir dans un texte de présentation, mais ce que je peux dire c'est que j'ai toujours rêvé de voyager autour du monde et découvrir de nouvelles cultures. Aujourd'hui, j'ai emballé mes affaires, quitté mon travail et je suis tous les jours dans un endroit magnifique ... Il ne manque plus que ma patatas fritas

Poster un commentaire