Top
Sur la route de Cook

Le Tekapo Express

Après le magnifique séjour dans la région d’Ashburton, le road trip continue vers le sud avec un passage éclair à Tekapo. Cette fameuse ville dont tout le monde tombe sous le charme… Et bien pas moi ! J’aurais pu faire comme tous les voyageurs et y rester quelques jours mais je n’ai pas trop aimé. Tekapo a pourtant de bons arguments pour plaire avec son lac, ses randos, la station de ski et son spa. Mais à peine sorti d’un magnifique séjour non touristique dans la région d’Ashburton, je me retrouve projeté dans une petite ville de montagne qui multiplie les attractions touristiques relativement chères : patinoire, snow tubing, sources d’eau chaude, observatoire nocturne pour les étoiles. Même le ski est TRES cher en Nouvelle-Zélande 🙁 Il faut compter 95$NZ (53€) le forfait + 55$NZ (30€) de location de matériel – et là je compte la réduction covid – pour des petites stations avec des pistes très plates ^_^

Au final je suis passé en express à Tekapo, avec une superbe pause pique-nique face au très joli lac et je me suis vite échappé de cette ville pour profiter de la météo clémente annoncée dans la région du mont Cook.

Tekapo
Lac Tekapo
Lac Tekapo
Tekapo et son lac

Une histoire de brouillard

La route jusqu’à Tekapo était magnifique et dégagée mais très rapidement après le lac je me retrouve dans un brouillard épais. La vallée entre Tekapo et Twizel a un micro climat et bien que ces deux villes soit séparées de 60km les climats peuvent être totalement différents… c’est à ce moment que je me trouve nez à nez avec des alpagas espions !

Un lama espion

Du fait de ce micro climat, la température a également énormément chuté en l’espace de quelques kilomètres et bien que je ne vois pas à plus de 10m tout est blanc et ca semble magnifique.

En bord de route

Cela fait maintenant 4 jours que j’ai quitté Christchurch, et après le froid des plaines d’Ashburton, j’ai besoin d’une douche chaude et de chaleur ! Arrivé à Twizel le brouillard et le froid sont toujours présents alors j’esquive soigneusement le freecamp pour me garer dans un camping où je pourrai brancher mon van à l’électricité et ainsi pouvoir recharger les appareils et avoir le chauffage la nuit 🙂 un vrai bonheur !

Au petit matin, quel surprise de voir un message sur les sanitaires indiquant qu’il n’y a pas d’eau à cause du gel ^_^ Et malgré ce froid glacial il y a des courageux qui voyagent en vélo et ont dormi en tente à côté de moi…

Eau gelée
Les campeurs courageux

Sur la route des glaciers

Après une nuit bien au chaud dans mon van, je décolle au petit matin en direction du mont Cook. De son nom Maori Aoraki, le mont Cook est le point culminant de la Nouvelle-Zélande. Il fait partie de la chaîne des Alpes du Sud et culmine à 3 724 mètres d’altitude, au-dessus du glacier Tasman.

La route qui longe le lac Pukaki semble vraiment extraordinaire. Malheureusement je n’ai pas la chance de voir le paysage entièrement dégagé du fait du brouillard qui joue à cache cache mais il est très facile d’imaginer le potentiel de cette vallée. Les arbres enneigés ajoutent une touche de féérie à ce décor déjà sublime. C’est d’ailleurs très dangereux de conduire ici car il est très difficile de garder les yeux sur la route avec un paysage aussi beau que celui qui m’entoure.

Route vers Mont Cook
Paysage enneigé
Paysage enneigé
Paysage d'hiver

Arrivé dans la vallée au pied des montagnes, le ciel est dégagé et au risque de me répéter encore une fois c’est MA-GNI-FIQUE !

Dernière ligne droite
Cook Valley

Petit stop à l’office du tourisme, qui au passage est superbe avec les ornements de style Maori, puis au bureau des guides pour vérifier les conditions météo/enneigement des jours à venir.

Office du tourisme Maorie
Il va faire beau

Si le soleil est content alors moi aussi

Tasman Glacier

Je fini cette journée de repérage avec une balade au glacier de Tasman. On se croirait en antarctique à voir ces blocs de glace flotter. A cela s’ajoute le miroir quasi parfait des montagnes sur ce lac : époustouflant !

Tasman Glacier

C’est le moment de jouer un peu aux pyramides et de reconstruire le paysage. Jeu du moment : trouver les blocs de glace ayant la même forme que les montagnes au loin… Ca occupe 🙂

Puzzle naturel
Puzzle paysage
Tasman Glacier
Glacier
Reflet glacier

Dans la vallée du mont Cook il n’y a pas 50 endroits pour dormir lorsqu’on a un van. Soit il faut repartir à Twizel à plus d’1h de route, soit il y a le camping officiel du lac Pukaki à 40min de route, et sinon le top c’est le parking pour campeurs au pied des randonnées ! C’est parfait je vais y passer la nuit mais à 17h il fait presque 0°C du coup la nuit s’annonce très fraîche 🙂 Et à ce sujet, je tombe des nues quand je vois ici aussi un campeur avec sa tente ! Je veux même pas savoir comment il va passer la nuit à -10°C. Courageux le bonhomme, mais à l’heure où je le vois assis par terre le dos posé contre un rocher, je me demande s’il médite vraiment ou s’il n’est pas en train de se demander pourquoi il est venu ici en hiver !?

Encore des courageux

Une fois emmitouflé dans la couette et après avoir bloqué toutes les zones de froid, il ne faut surtout pas avoir oublié quelque chose… Au réveil entre le froid extrême de l’extérieur et la condensation, ca a givré à l’intérieur du van. Mais je commence à être habitué puisqu’il s’est passé plusieurs nuits glaciales depuis la première à Lake Clearwater. Le froid ne m’empêche pas d’admirer une fois de plus le merveilleux ciel étoilé de Nouvelle-Zélande.

Nuit étoilée

Hooker valley

Encore et toujours le brouillard est présent dans la vallée. Grrrr ! Il n’est pas très haut et couvre seulement la vallée puisque j’aperçois les sommets et le ciel bleu au dessus mais il est suffisamment énervant pour m’empêcher d’apprécier la vue à sa juste valeur. Du coup pas la peine de se presser, je prends le temps de me faire un bon café dans le van pour réchauffer mes mains déjà glacées. Et je reçois la visite de Pan-Pan, le petit lapin qui passait par là 🙂

Rocher de Freida du Faur
Petit lapin du matin
Brouillard du matin

Au bout d’un moment il faut y aller, tant pis pour le brouillard. Cette vallée étant très touristique lorsqu’il n’y a plus de brouillard le problème c’est d’avoir trop de monde ! Et au bout d’une heure de marche, il commence à me laisser place à un paysage magique 🙂

Au début du chemin se trouve un rocher très célèbre. Il s’agit du rocher de Freida du Faur, qui est la première femme a avoir gravit le mont Cook le 3 décembre 1990. Un exploit pour cette femme qui s’est fait un nom dans le monde. Ce rocher est devenu célèbre car c’est ici qu’elle a posé pour la photo post ascension.

Pour information les premiers alpinistes ayant réussi à gravir le Mont Cook sont trois jeunes garçon de 24 ans la veille du Noël 1894 – Tom Fyfe, George Graham, Jack Clarke – A cette époque, les expéditions de cette envergure en haute montagne relevaient du suicide et au delà de l’extrême difficulté que présentait le sommet, les européens rêvaient déjà de trouver un moyen pour gravir cette montagne.

Le brouillard se dissipe
Mont cook en fond

Je l’aurais appelé la vallée aux merveilles plutôt que la Hooker valley. C’est tellement extraordinaire de se balader au milieu de ces montagnes.

Hooker valley
Hooker valley
Glacier
Hooker valley

Et encore plus dingue, c’est lorsqu’on se retourne ! Face à moi il y a les montagnes, les glaciers et du givre un peu partout, alors que derrière moi la vallée est dégagée et d’une tout autre couleur. Il faut le voir pour le croire mais ce pays recèle de paysages magiques comme celui-ci : rien qu’en tournant la tête on change d’atmosphère c’est incroyable. Personne ne croirait que les photos du dessus et celle-ci en dessous est en réalité la même vue à 180° près. Et bien si !

Même vue partie 1
Même vue partie 2

Après 2h de marche me voilà arrivé au bout de la balade : le glacier du mont Cook, et WOW quelle surprise !

Glacier du Cook

Le brouillard est encore un peu présent mais c’est tellement beau que je vais y rester un moment en me baladant autour du glacier, il aura le temps de se dissiper.

Admiration du mont Cook
Glacier cook
Glacier

Je tente une approche sur ce lac de glacier encore gelé par endroit. Mes premiers pas croustillent sur la glace… je reste prudent et n’ose pas y mettre tout mon poids… à chaque craquement et j’entends l’écho qui se propage sous la glace ! C’est excitant et effrayant à la fois, il ne vaut mieux pas que la glace cède. Mais après de longues minutes d’essai, de crash tests en tout genre pour tester la solidité, je me laisse rapidement emporté par l’euphorie de l’expérience. Mais où sont les patins à glace ?

De la Glace de la glace
Stand up

Pour résumé cette vallée est vraiment extraordinaire et facile d’accès ! A tel point qu’on s’imagine être seul à marcher sur les glaciers jusqu’à ce qu’on croise des familles avec des poussettes…

Le glacier du Mont Cook
8

Ma vie est trop compliquée pour tenir dans un texte de présentation, mais ce que je peux dire c'est que j'ai toujours rêvé de voyager autour du monde et découvrir de nouvelles cultures. Aujourd'hui, j'ai emballé mes affaires, quitté mon travail et je suis tous les jours dans un endroit magnifique ... Il ne manque plus que ma patatas fritas

Commentaires:

  • Avatar

    Michel et Marianne

    31 décembre 2020

    Trop beau !

    reply...

Poster un commentaire