Top

Les transports Laotiens

Au départ de Thakhek, il faut passer 10 heures dans un bus local pour rejoindre Paksé. Nous sommes plusieurs personnes à faire le même trajet donc nous prenons un tuk-tuk commun direction la gare de bus. Avec tous nos sacs nous sommes trop nombreux pour le tuk-tuk mais ça n’a pas l’air de poser problème. Par exemple moi j’étais assis en équilibre sur une plaque métallique à côté du conducteur ^^

A l'avant du tuk-tuk à Thakhek

Pour le trajet vers Paksé, au final on se retrouve avec un bus de voyage plutôt confortable dans lequel il se passe des choses plutôt insolites comme attacher un scooter sur le toit du bus, ou bien les marchands ambulants qui montent à chaque arrêt pour vendre tout plein de choses très sympas : fruits, bouteilles d’eau, soda , mais aussi des choses moins sympa : poulets grillé, brochettes de « on ne sait pas trop quoi » et ça ne fait pas trop rêver quand on voit que la viande traîne partout et racle le plafond du bus 🙂

Normal le scooter sur le toit
Qui veut des brochettes de "je ne sais pas quoi" ?
Qui veut mon poulet ?

Au final le trajet n’a duré que 6h30. C’est vraiment pas mal par rapport à nos attentes !  A l’arrivée, même souci de tuk-tuk qu’à Thakhek, nous sommes toujours trop nombreux et cette fois-ci je me tiens debout à l’arrière c’est vraiment énorme !

A l'arrière du tuktuk à Paksé
Comme par hasard tout le monde a réservé le « Sanga Hostel » et on y retrouve même d’anciennes têtes croisées plus tôt dans le voyage. C’est rigolo, tout le monde réserve le moins cher et le mieux noté sur Booking 🙂 Cette auberge est plutôt très cool. Il y a tellement de monde que ça fait un peu usine mais ils sont très gentils, avec un thé d’accueil et banane cake à volonté entre 15h et 21h !
Le soir on forme un petit groupe pour aller boire un – ou plusieurs – coups pour l’anniversaire de Mark l’anglais.
Joyeux anniv Mark !

Touche pas à mes infos

Tout comme la loop de Thakhek, l’intérêt de venir à Paksé est de partir sur plusieurs jours faire la boucle du plateau des Bolovens. Ici personne ne parle de « looper », et le climat sonne beaucoup moins convivial et plus touristique qu’à Thakhek… Je ne vois aucun partage d’info et j’ai l’impression que chaque commerçant tient à ce qu’on ne lui vole pas ses conseils. Le loueur chez qui j’ai pris le scooter, surnommé « Le Belge » l’a eu très mauvaise lorsqu’il a vu que « Sanga Hostel » m’avait donné le même schéma que lui accompagné des mêmes recommandations de GuestHouse… !
Ce Belge se prend un peu trop pour un américain, et ne pensant pas qu’il soit le créateur du parcours des Bolovens ni du schéma associé et sachant qu’à Tad Lo il n’y a que 8 gueshouses je partage son plan 🙂
Itinéraire du plateau des Bolovens
Sauf qu’après le discours du loueur Belge, j’avais nettement moins envie de faire la grande boucle et voici les raisons  :
  • – Agressions : lors de descentes dans la forêt où on est obligé d’être en frein moteur à 5km/h, des types sortent de la forêt avec la machette et t’éjectent du scoot pour partir avec. Certains ont même eux des dents cassées…
  • – Pirhana : de plus il m’a indiqué une cascade où il ne fallait pas se baigner car il y a un poisson carnivore dans le lagon et 4 personnes se sont déjà faites attaquées et ont perdu le bout du doigt.
  • – Crevaison : Ensuite l’état de la route sur une certaine zone est responsable de nombreuses crevaisons sauf qu’il n’y a vraiment rien autour et pas mal de clients se sont retrouvés à pousser le scoot sur 7km !
  • – Monotonie : certains retours de la grande boucle annonçaient de très longues portions  monotones avec zéro joli paysages
  • – Vol de scooter : De nombreuses zones sont sujettes aux vols de scooter : ils cassent les cadenas et démarrent sans problème. Si cela se produit c’est 1500$ à payer. Le Belge m’a déconseillé certaines cascades si j’étais tout seul et qu’il fallait constituer un groupe et que certains restent au parking pendant que les autres vont à la cascade…
Bien que la grande boucle soit la plus belle, je voyage avec tout mon matos photo et de l’argent donc si je peux éviter de tenter le diable… Ayant bien profité de Thakhek je préfère rester sur une bonne impression du Road trip et ne pas trop pousser. Voilà pourquoi je suis parti pour 2 jours sur la petite boucle histoire de vérifier si le plateau des Bolovens est si incontournable que ça.

Le plateau des Bolovens

Si dans la boucle de Thakhek il y a des grottes partout, ici au plateau des Bolovens c’est les cascades. Au départ de la location, il y a avait tellement de monde… Au delà de tout ce que j’ai raconté plus haut, ça casse aussi l’effet Road trip solo dans la nature. Je me suis dit que j’allais retrouver ces gens toute la journée sur la route et qu’on allait faire les mêmes spots. Du coup Toto a décidé de faire le saumon et de remonter la rivière à contre courant en faisant la boucle dans le sens inverse des gens ! Et oui 🙂
À la sortie de Paksé alors que tous les scooters partis pour la loop prennent à gauche, Toto lui est le seul à partir à droite et ça me fait rire. Au final c’était royal puisque j’ai fait les spots a l’envers du flux de scooters et j’étais quasiment seul à chaque fois.
Like a boss
L’autre raison m’ayant poussé à partir dans ce sens est que Camille et Romane – les belges de Thakhek – ne voulant pas conduire de scooter ont pris un « tour en tuk-tuk privé » pour la journée.
Romane et Camille dans le tuk-tuk
Et le tuk-tuk ne se rend qu’aux cascades les plus populaires c’est à dire celles se trouvant sur la fin de la boucle. J’ai donc passé la journée avec elles en commençant par ces cascades.
  • – Tad Fan : La première est un point de vue d’assez loin sur une cascade de 200m de haut. C’est payant et pas exceptionnel
  • – Tad Champee : La deuxième est plus petite et également payante mais on peut se baigner dans le bassin et même aller derrière la cascade ! Le spot est très sympa, il fait chaud alors on se pose là pour bronzer quelques heure et manger la nourriture locale.
  • Tad Yuang  : c’est dommage car le temps se couvre et il commence à faire froid mais cette cascade est magnifique. Le sentier qui descend est très proche d’elle ce qui la rend imposante. Certains s’y baignent mais avec le froid on passe notre tour.
Tad Fan
Tad Champee
Tad Yuang - Plateau des Bolovens
Selfilles à Tad Yuang
Romane et Camille à Tad Champee
A 15h, le temps d’un café dans une plantation puis j’ai continué ma route vers Tad Lo alors que les filles rentraient à Paksé. Dans le trajet normal, cela revient à avoir fait la 2e journée de la petite boucle mais dans le sens inverse. En plus la route vers Tad Lo n’est pas exceptionnelle…
Le soir à Tad Lo je trouve une auberge chez une Mama Lao qui propose des dortoirs pour 25 000 Kips – 2.5€. Le dortoir est une immense mezzanine avec des matelas doubles posés par terre et séparés par des rideaux. Les draps sentent la poussière et je doute de la propreté mais pour le prix je ne m’attendais pas à du luxe. Au repas, je retrouve des têtes familières qui eux ont fait le parcours dans le sens normal 🙂 Étant donné que Tad Lo est l’intersection des deux boucles, toutes les discussions tournent autour de « la grande ou la petite boucle ? ». Les quelques aventuriers qui veulent tenter la grande boucle avouent avoir peur et essaient de constituer des groupes plus importants mais en vain ils ne sont pas assez nombreux…
Au moment de me coucher, je m’aperçois que je n’ai pas pris mon sac de couchage qui est resté avec mon gros sac à Paksé. Comme le lit ne semble pas au top de la propreté je m’allonge tout habillé les mains sur les épaules tel une momie dans un sarcophage.
Dortoir pas très propre

Saturation de cascades

Après avoir finalement bien dormi je repars à 7h de manière à ne pas rentrer trop tard à Paksé et pouvoir me rendre dans la foulée à Champassak. De l’auberge je vais voir une première cascade à pied qui n’est pas terrible… Bon c’était gratuit et à 500m donc je ne râle pas et repars chercher le scoot. Je m’arrête voir une autre cascade qui s’annonçait grandiose… Après avoir descendu 500m dans la jungle j’ae me retrouve face à une  cascade quasiment asséchée. Le faible débit d’eau et le vent qui souffle donnait une impression de cascade en lévitation. Encore une fois très déçu par rapport à ce a qui m’a été vendu !
Cascade en lévitation !

Le café de Mr Vieng

Sur le retour à Paksé, il est 9h30 et je m’arrête dans la plantation de Mr Vieng. Il n’y a personne à part un espagnol qui a dormi là et qui est en train de prendre un café au soleil avec Mr Vieng. Lorsque j’entendais parler de Mr Vieng, j’imaginais un vieil homme, ayant travaillé toute sa vie dans le café. C’est pas loin de la vérité à la différence qu’il est jeune et doit avoir une trentaine d’années. Les plantations lui viennent de son père, il a appris des anciens depuis tout petit et travaille encore aujourd’hui avec sa famille dans ses plantations. Son café est excellent et il est très réputé dans la région mais cette exploitation familiale vit à présent principalement des visites de ses plantations et des ventes de café aux touristes puisque les industriels l’ont saigné pendant des années pour exploiter son café, à tel point qu’il n’arrivait plus à vivre.
Le café de Mr Vieng
Un mélange de graines
Après nous avoir montré le processus de transformation des graines de café, nous avons fait le tour de ses plantations en goûtant les graines crues de différents espèces directement dans les arbres. La visite était très intéressante et se termine avec un excellent arabica et le tout aura coûté 2.5€ pour 1h30 🙂
À 13h, me voilà rentré à Paksé. Cette dernière portion de route des plantations à Paksé – au final la première portion dans le sens normal –  est la plus belle partie des Bolovens :p J’ai torché la boucle en 1 jour et demi – on peut considérer 2 jours étant donné que j’ai décollé a 7h le 2e jour – ce qui me laisse une aprem pour trouver un bus et me rendre à Champassak, 1h au sud de Paksé.

En résumé les Bolovens ?

Les bolovens c’est comme se faire tondre les cheveux dans la rue : c’est sympa et original si on l’a jamais fait, mais c’est pas non plus un incontournable 🙂.
Se faire couper les cheveux dans la rue
Il est clair que j’aurais pu passer plus de temps pour mieux profiter mais à part quelques jolies portions, la route n’était pas vraiment belle et surtout monotone. En passant j’ai rapidement vu l’ambiance des villages et je n’ai pas ressenti le même accueil ni la même spontanéité que j’ai vécu dans la loop de Thakhek – on peut le ressentir très nettement de par la taille de cet article par rapport à celui de Thakhek ^^
Pour faire simple, mon avis c’est que la boucle du plateau des Bolovens c’est sympa bien que touristique mais ce n’est pas du tout un incontournable contrairement à Thakhek qui reste bien plus magnifique et sauvage – cela dit je peux tout à fait comprendre que ceux qui descendent du nord du Laos et ne font que les Bolovens trouvent ça très beau puisqu’ici le style de voyage change totalement de ce qu’on peut faire dans le pays : Road trip en boucle + paysages.
🔥124 vues
2

Ma vie est trop compliquée pour tenir dans un texte de présentation, mais ce que je peux dire c'est que j'ai toujours rêvé de voyager autour du monde et découvrir de nouvelles cultures. Aujourd'hui, j'ai emballé mes affaires, quitté mon travail et je suis tous les jours dans un endroit magnifique ... Il ne manque plus que ma patatas fritas

Poster un commentaire