Top

Une journée entière de transport

Au Laos il ne faut pas sous estimer les distances. Départ de Vang Vieng à 7h du matin pour 4h de route en minivan jusqu’à la capitale Vientiane. De là où je suis déposé, un taxi scooter m’attend et m’emmène mon sac entre les jambes sur 24km jusqu’à la gare de bus de Vientiane, pour enchaîner avec 6h de route dans un bus local. Klaxon et musique Laotienne pendant tout le trajet… J’arrive enfin à Thakhek à 18h je n’en peux plus de leur musique !
Minivan avec les Lao
Conducteur de bus
Bus local pour Thakhek

Le trajet n’est pas terminé je n’ai pas d’hébergement, ni internet et aucun wifi dans les parages pour chercher quelque chose. Je suis à 5km du centre ville, évidemment tous les tuk-tuk me proposent leur service mais j’opte pour la solution économique, à savoir la marche. Pendant le trajet je m’occupe en parcourant toutes les guest house de « Maps me » jusqu’à trouver une pépite.

La demeure de Mister Bin

Bin et sa guest house « Naga Hostel » à Thakhek ont décroché la note de 10 sur Booking et sur MapsMe. Les hôtels les plus irréprochables atteignent des 9.8 mais 10 est normalement un score quasi impossible à atteindre. N’ayant pas trop de choix et titillé par la curiosité de voir ce qui se cache derrière ce 10, je me rends là bas.
Naga hostel sur booking
un vrai perfect : 10/10
A l’arrivée je trouve une ambiance classique d’auberge de jeunesse, 3 anglais discutent sur la terrasse et c’est plutôt calme. Au total nous sommes 5 clients, plutôt étrange pour une guest house à 10/10… Côté prix c’est 55000 Kip – 5.5€ – un lit en dortoir et par rapport à ce que j’ai déjà fait au Laos je trouve ça très correct – surtout pour une note de 10 – de toute façon je n’ai pas de quoi chercher autre chose.
Au premier coup d’oeil il a déjà tout les critères pour avoir un minimum de 9 :
  • – Dortoir niquel
  • – Bonne literie
  • – Serviette fournie
  • – Petite intimité avec rideau
  • – Salle de bain avec gel douche fourni – oui c’est un critère important car ça évite de puiser dans son propre savon, et les guest house à 8€ où il n’y a rien dans les douches ça m’énerve 🙂
  • – Toilettes propres
Ensuite il est très souriant, accueillant et il parle anglais ! Voire même plutôt bien – il sait tenir une conversation et sait dire autre chose que le prix de sa chambre. Ce qui, dans une compétition de guest house le fait facilement monter à 9.5. Très léger point négatif, le petit déjeuner n’est pas inclus – je chipote vraiment parce qu’à ce prix là c’est rare de l’avoir ou alors ça pêche sur un autre critère – mais en tout cas il y en a un et vraiment pas cher. Je cherche encore où sont les 0.5 restants ?
Pendant la soirée je flaire son potentiel et commence à voir arriver la note de 10 🙂 A l’heure du dîner il entre dans le dortoir demander qui n’a pas mangé. Par politesse j’accepte car je trouve sympa l’initiative mais je comptais sauter le repas pour économiser un peu 🙁 N’ayant plus beaucoup de monnaie il faudra que je retire demain, du coup j’en profite pour lui demander le prix du repas. Sa réponse « It’s free, I invite you ! ». Wow sympa le type je ne connais aucune auberge qui fait ça ! En effet sa femme avait préparé plein de petits plats et il y en avait beaucoup pour nous 8 – Bin, sa femme, sa fille et nous 5. 
Soirée d'accueil chez Bin
Juste avant le repas, Mark un des anglais me propose d’aller chercher une bière chez la voisine. Si on veut sociabiliser c’est difficile de refuser donc j’accepte et vais récupérer mes sous, mais dans ce laps de temps, Bin revient à l’auberge avec une caisse remplie de bouteilles de bière. En plus du repas, il offre l’apero et ça bien généreusement !
Le repas était délicieux, superbe ambiance pendant le repas, discussions animées et il se met à nous donner pas mal de conseils et « petites arnaques » à éviter. Notamment un plan de Thakhek pour éviter les barrages de police.
Le plan de Thakhek pour éviter la police
Il nous conseille également de ne jamais prendre les offres de bus proposées par les guesthouse – du moins sur Thakhek. La petite arnaque consiste à acheter un ticket en bus VIP sauf que certains jours il n’y en a pas donc tu vas te retrouver dans un bus local beaucoup moins cher en ayant payé le prix fort et comme tu seras déjà à la gare de bus tu ne vas pas le rater pour venir te plaindre… Etc
Il est vietnamien d’origine, et a une très bonne mentalité. Il veut faire marcher les commerces locaux et ses voisins, mais sans faire de sa guest house une usine. Pour le citer : « I want here to be home for everyone, no hotel« .
ll ne veut pas sous tirer de l’argent aux voyageurs, ainsi il ne propose aucun service mais donne plutôt des vrais conseils :
  • – pas de vente de tickets de bus, tu vas à la gare de bus et tu payes directement. C’est moins cher et ça évite de payer un bus VIP s’il n’y en a pas dans la journée
  • – pas de vente de bières, sa voisine tient une épicerie donc si tu veux des bières tu vas les acheter chez elle
Au final, son honnêteté et sa sympathie lui font gagner la confiance des voyageurs et le propulse en haut du podium avec une note de 10/10, pas de fausse note. Et ça marche, je suis arrivé chez lui grâce à MapsMe et sur booking il est toujours complet.
Pour la petite histoire si on était que 5 c’est parce qu’il avait fermé Booking quelques jours pour se faire des « vacances » sinon il ne se repose jamais ! Ça se comprend.

Devenir un looper de Thakhek

Quand tu dis que tu vas à Thakhek, tout le monde te demande si tu vas faire la loop et en combien de jours ? C’est LE truc à faire à Thakhek, le vrai Graal dont tout le monde parle. Un grand mystère plane autour de cette boucle et avant de partir tu ne sais pas tellement à quoi t’attendre… À l’auberge et dans les bus, tu entends plein d’histoires foldingues de ceux qui en sont revenus, les accidents qu’ils ont eut, mais aussi les belles choses à voir. J’entends parler de la loop depuis que je suis à Luang Prabang, et dans le language des backpackers tu peux même devenir un looper !
Pour ça il te faut louer une moto ou un scooter et partir en Road trip pendant 3 ou 4 jours sur la loop et en revenir indemne. Il faut être prêt à tout car je t’assure que de nombreuses surprises t’attendent en chemin ! Cette boucle s’étend sur environ 500 km et promet une grande variété de choses tout du long : paysages magnifiques et diversifiés, cascades et lagons, grottes, villages et ethnies, beaucoup de fun, de l’adrénaline, des routes en tout genre – goudronnée, terreuse, sablée, gravillonnée, boueuse. La boucle de Thakhek a l’air d’enchanter tout le monde à tel point qu’il règne un bon climat entre les loueurs, les voyageurs, les auberges et les infos se partagent dans tous les sens : témoignages d’anciens Loopers dispersés un peu partout dans la ville pour savoir quoi faire et ne pas faire. Après avoir croisé ces infos avec les conseils de Bin, et sachant également qu’il organise une grosse soirée à l’auberge pour les 5 ans de sa fille, ça sera trois jours de loop pour moi.
Itinéraire de la loop

La partie gauche de la loop n’a aucun intérêt, c’est une autoroute avec zéro paysages. Il faut descendre à Kong lor, le numéro 12 et traverser pour rejoindre le 7, ou alors faire demi tour.

Moto ou moto ?

Pour moi un Road trip c’est synonyme de voiture ou moto. Le scooter comme j’ai pu faire à Chiang mai, c’est un peu du faux road trip donc si je suis venu à Thakhek c’est pour découvrir la loop avec une vraie moto. Si je dis vraie moto c’est parce que j’ai compris la supercherie en arrivant ici… Je t’explique.
Partout sur les blogs qui parlent de Thakhek tu pourras lire des articles du genre « Notre Road trip à moto », « Louer une moto à Thakhek », « La loop à moto », « on a hésité entre scooter et moto »… Et c’est la même chose lorsqu’on entend les retours de loopers : « ma moto je l’ai loué là », »je suis tombé en moto », « c’était dur de conduire la moto »… etc. C’est vrai que je n’ai jamais vu de loueur de moto au Laos, uniquement des scooters mais à force de lire et d’entendre le mot « moto », je pensais que Thakhek c’était LE spot pour louer une moto et qu’il y avait un loueur spécialisé… Oulala malheureux !!
Si ça c'est une moto pour toi je ne peux plus rien faire pour t'aider...

Ma surprise a été de taille quand je suis arrivé au petit matin chez « Wang Wang », LE loueur de moto dont tout le monde parle. Sur sa devanture il n’y avait que des scooters… Bon je me dis que les motos devaient être rangées à l’intérieur. Je mentionne une location de trois jours et ça n’a pas loupé il me montre les scooters de dehors en me demandant « automatic or semi automatic » ?

Ah !
Je tente un « no no I want a real motorcycle« , mais rien n’y fait. C’est comme ça que j’ai compris que tous les backpackers louent en fait un scooter semi manuel avec passage de vitesses – sans embrayage – et pensent que c’est une moto. Il n’y a pourtant aucune différence physique avec un scooter mais bon soit. Têtu comme je suis, je suis sûr que je vais pouvoir trouver une vraie moto car j’ai entendu des backpackers qui en ont chopé une mais elles semblent être pas évidente à trouver. C’est le Pokémon rare de la ville !
Je demande le wifi à Wang Wang pour lui montrer un image d’une motocross et avec un grand sourire m’indique qu’il en a deux mais déjà louées… « Ok donc où est ce que je peux en trouver une ? » . Après discussion avec ses potes il m’indique qu’il peut en avoir une mais il faut attendre 1h car elle est en réparation. Je ne sais pas si c’est rassurant mais ayant tellement imaginé cette boucle à moto je ne peux pas refuser.
La moto cross

Jour 1 de la looooop

Affronter sa peur dans la Xieng Liap cave

La première étape au départ de Thakhek fait 131 km pour rejoindre Thalang. Sont prévus sur la route deux grottes, une cascade et un point de vue. Si on veut il y en a bien plus de spots à faire, mais la plupart des stop gratuits ne sont pas intéressants ou alors payants et décevants. Xieng Liap cave, une grotte gratuite 🙂 Et c’est LA grotte parfaite pour tester son courage et affronter l’inconnu.
L’entrée est bien cachée dans la forêt. Je descends, frontale allumée. Au fond de la grotte je vois de l’eau partout…
Entrée de Xieng Liap Cave
J’aperçois difficilement une petite île en face de moi mais il faut d’abord traverser l’eau – en même temps c’est le principe d’une île... – Je ne connais pas la profondeur pour évaluer le « risque » étant donné que j’ai mon sac appareil photo sur le dos. J’avais lu sur un blog qu’il fallait progresser dans le noir, le courage à deux mains en restant sur le coté gauche de la grotte. Je me dirige donc à gauche et j’aperçois un fil d’Ariane à gauche ce qui est déjà bon signe. Sauf qu’une fois l’eau à mi cuisse, je n’ai toujours pas de visibilité sur la suite, et c’est la peur qui monte au ventre. Je fais demi tour pour regagner la « terre ferme » et me pose avec mon cerveau pour analyser les possibilités avant de faire n’importe quoi :
  • – accepter la défaite et sortir de la grotte
  • – tenter de marcher dans l’eau, glisser et détruire mon matériel photo
  • – tenter de marcher dans l’eau et me faire manger par un monstre
  • – tenter de marcher dans l’eau jusqu’à je ne sais où, flipper comme un malade pour au final ne rien trouver
  • – ne pas renoncer et trouver un autre chemin
Dans un premier temps, la dernière option me semble la plus sûre malheureusement face à moi il y a de l’eau partout, je n’ai donc pas de choix. Je repère un endroit où la traversée de l’eau est la plus étroite, ce qui me permettrait de rejoindre l’îlot central de la grotte et de là, espérer avoir un meilleur aperçu de la suite. Allez, je me lance, traverse l’eau à toute vitesse en mode panique et là c’est le jackpot ! Une fois sur l’îlot j’aperçois un passage sur la droite, hors de l’eau, et qui semble mèner vers le fond de la grotte. C’est moins stressant que d’avancer dans l’eau et au bout de quelques dizaines de mettre un sourire se dessine sur mes lèvres. Alors que je vois de la lumière au fond je ressens comme une petite victoire.
A l'intérieur de Xieng Liap Cave
En effet la lumière du jour est présente de ce côté, j’arrive dans une énorme cavité, toujours pleine d’eau qui donne sur l’autre côté de la montagne et c’est magnifique.
Autre côté à l'intérieur de la grotte

Après m’être bien baladé dans la grotte le retour se fait très facilement vu que je connais le passage de droite 🙂 Quant au passage de gauche qui était conseillé sur le blog mène pourtant au même endroit mais traverser de l’eau dans le noir est nettement plus flippant ! Étant donné que c’est la saison sèche, le passage de droite hors eau n’existe peut être pas en saison des pluies. Je suis donc chanceux car sinon je pense sincèrement que je n’aurais jamais découvert le fond de cette jolie grotte 🙂

Sur la route
Admirer la vue
Sur la route

Tham Sa Pha In : un secret bien caché

Située à proximité de la « Xieng Liam cave », cette grotte également gratuite ne fait normalement pas partie des « incontournables » de la loop et de nombreuses personnes en ressortent déçues. Mais simplement car elles n’ont pas réussi à trouver le secret de cette grotte ! Grâce à un blog de voyageurs, j’ai su que le seul intérêt de cette grotte est de descendre tout en bas et d’y contempler le reflet d’une cavité dans l’eau. En effet lorsqu’on arrive dans la grotte, un sentier bien délimité par un muret de 30cm nous conduit à deux petits sanctuaires à Bouddha et ce n’est pas très fou. Pour découvrir le secret de cette grotte il faut passer le petit muret et descendre les rochers. Il n’y a pas de chemin, c’est une désescalade. Arrivé en bas j’arrive face à un tunnel rempli d’eau qui conduit à un bassin à ciel ouvert au milieu de la grotte puis encore après il y a une autre cavité. Et lorsque l’on s’accroupit, c’est le reflet de cette dernière cavité que l’on peut contempler dans l’eau au travers du tunnel.
Le secret de Tham Sa Pha In
Pas besoin de s’aventurer dans l’eau d’autant plus que l’endroit est sacré – ne pas faire comme cette co**asse de vieille française qui s’est jeté à l’eau en balançant « on s’en fout il n’y a personne pour vérifier » –  Avec l’obscurité tout autour on a l’impression que ce reflet est enfermé dans la grotte.

Match de foot local

En traversant un village, je remarque depuis la route un terrain de foot avec des enfants qui jouent. Le lieu semble être une école mais avec des écriteaux uniquement en Lao c’est compliqué de savoir 🙂 Je tente un arrêt, m’approche du mur pour les observer et en moins de 30 secondes je suis grillé et tous les enfants se mettent à courir vers moi avec le ballon !
Salut les enfants !
Ils font les timides
Capitaine de l'équipe
Bizutage
Après une tentative de dialogue, des gestes, des sourires je me mets le défi de faire un match avec eux. Je tente l’incruste dans l’école et continue de les observer. Dans l’impossibilité de leur parler et de se comprendre, ils sont timides mais tout s’est fait naturellement avec des sourires et des gestes. Nous avons constitué deux équipes, fait un dégagement de balle et c’est parti pour une course effrénée en pleine chaleur avec ces petits Lao ! Alors que j’avais très chaud et courrais en basket, eux étaient pieds nus malgré les quelques graviers. Ces petits m’ont impressionné, ils étaient tellement adorables  et mon équipe a quand même marqué un but. On a célébré ça tous ensemble avec une séance photo, et des check dans la main. Ils adoraient ça et n’arrêtaient pas de revenir me taper la main. Je n’avais rien à leur donner à part un peu de mon temps pour changer leur quotidien et leur apporter des sourires. Nous avons tous bien rigolé et pour ma part je suis reparti sur la route une heure plus tard avec le sourire jusqu’aux oreilles et une expérience enrichissante avec ces enfants.
On court pieds nus
Même les filles s'y mettent
Match de foot
Les champions
Mes coéquipiers de foot

Détente aux chutes de Song sou

La route serpente dans un mélange de paysages montagneux et de grandes plaines. Après plusieurs kilomètres de moto sur cette route magnifique, j’arrive aux chutes de Song sou. Sans être paradisiaque, le lieu est très beau et reposant. Nous sommes quatre touristes sur place, l’eau est très bonne, il fait chaud et il y a même un rocher de 6m de haut pour sauter ! L’endroit idéal pour se relaxer un moment avant de reprendre la route.
Chutes de Song sou

Sabaidee Guesthouse : le Lao marseillais

Vers 16h j’arrive dans la ville de Thalang et me pose à la Sabaidee Guesthouse, réputée par tous les loopers pour son Laotien marseillais. L’endroit est très sympa et chaleureux avec barbecue et terrain de pétanque. Le patron, très souriant est un Laotien qui à force d’accueillir des touristes Français à appris la langue avec l’accent marseillais. Excellent joueur de pétanque il arrêtait pas de balancer des « oh putain con » !
Sabaidee guesthouse
Côté BBQ pétanque de la Sabaidee Guesthouse
Le soir, très bonne ambiance avec bière et barbecue. Une vingtaine de loopers sont là et se racontent leur journée – 80% de français. 
Pour la petite anecdote, je sympathise avec un couple de français « Déborah et Adeline » qui font globalement le même parcours que moi au Laos. En se montrant les photos de nos activités respectives de Vang vieng – 2 jours plus tôt – ils sont sur mes photos 🙂 La situation est assez drôle car comme nous n’étions que 3 au « blue Lagoon 4 », donc on se rappelle très bien s’être vus de loin. Extrait de conversation :
  • – Adelin : « Ah mais c’est toi le type qui parlait avec le Lao » ?
  • – Toto :  « Et oui ! et vous le couple qui est arrivé en scooter. Excellent, je me rappelle tu t’es éclaté dans l’eau à la tyrolienne »
Enfants trop mignons
Oh la grimace
Portrait enfant
Ciel étoilé à Thalang

Jour 2 de la looooop

Une féérie à Thalang

Thalang étant situé sur le lac, orienté plein Est, je tenais à me lever pour admirer le lever de soleil. Debout à 5h15, je file dehors pour trouver le meilleur spot en attendant que le soleil ne pointe le bout de son nez à 5h45.
C’était très beau et je ne regrette pas, mais malheureusement il n’y avait pas « assez » de nuages pour avoir de belles couleurs et reflets dans le ciel. C’est étrange de souhaiter du mauvais temps mais pour le lever et le coucher du soleil, avoir quelques nuages rend le moment bien plus féerique.
Lever de soleil à Thalang
Lever de soleil à Thalang

A présent réveillé, inutile de perdre trop de temps à trainer et vaut mieux partir sur la route pour mieux profiter de la journée. Le temps d’un « mi french/mi English breakfast » et me voilà en selle à 7h30. Les paysages sont très différents de la veille. Il n’y a plus de montagnes, c’est une ambiance marécageuse. La traversée du lac Nam Theum présente des centaines de troncs d’arbres morts sortant de l’eau. Le soleil encore rasant, les couleurs de début de journée m’obligent à faire de nombreux arrêts photo/vidéo. C’est le kiff absolu !

Et oui, chocolatine au petit dej ! (le débat est clos)
On the road again
Pose photo à Thalang
Thalang au matin
Cabane de pêcheur
Arbres morts sur le lac
Reflet des arbres

La nouvelle année Hmong

En continuant la route je traverse de nombreux petits villages dans lesquels je tente des arrêts qui me font vivre des moments insolites. Ce coup ci je remarque que quelque chose se trame. Tous les habitants – essentiellement les femmes et les enfants – sont habillés en costume traditionnel et je croise sur la route beaucoup de tracteurs avec 10 personnes en costumes. C’est sûr il y a une fête aujourd’hui et il faut que j’arrive à trouver ce que c’est.
Mais où vont-ils ?
Alors que je me balade, un enfant de 3 ans fait un caprice, repousse sa soeur et pleure de toutes ses larmes. J’essaie de m’approcher de lui pour lui parler et le faire sourire mais seule sa mère joue le jeu et sourit à me voir faire. Au bout d’un moment le petit va me chercher une chaise en plastique et vient me l’amener pour ne pas que je reste accroupis. La situation étant très drôle, sa mère appelle le reste de la famille qui s’attroupe et rigole à me voir assis sur une chaise dans la rue avec le petit figé devant moi. J’ai de la chance lorsque 10 min plus tard une autre personne arrive et parle anglais. Nous discutons un long moment avant qu’il m’explique que c’est actuellement la fête de la nouvelle année Hmong. Et aujourd’hui c’est le troisième jour de festival sur les sept. Le festival se déroule à LakSao, la grande ville située quelques kilomètres plus loin et tous les Hmong des villages alentours se rendent là bas. Je suis content d’être parti tôt de Thalang sinon je n’aurais jamais vu ça. Curieux de ce festival je décide de suivre les tracteurs et pickup une fois arrivé dans la ville de LakSao.
Et c’est comme ça que j’arrive en plein milieu du festival de la nouvelle année Hmong. Il n’y a pas un seul touriste, je ne suis pas sûr d’être à ma place mais je tente car ça promet d’être une expérience incroyable. Arrivé sur l’énorme parking à scooter, alors que tous les Lao donnent un billet au gardien pour aller se garer, lorsqu’il me voit il semble tellement surpris de voir un étranger qu’il pousse les gens pour me faire le passage avec un grand sourire et je passe sans payer – je pense aussi que vu qu’il ne parlait pas anglais, il s’est dit que le temps qu’on allait mettre pour arriver à se comprendre pour que je paye le parking il valait mieux ne pas galérer – Il y a des milliers de familles Hmong en costume traditionnel, tout le monde me regarde comme si j’étais un extraterrestre mais je perçois des sourires timides, ce qui me donne tout de même l’impression d’être le bienvenu parmi eux.
Y a du monde
Il fait chaud
Photo de famille
Des Hmongs en costume traditionnel
Elle tape la pose Instagram
A mesure que je progresse dans la foule, je suis dévisagé, regardé de la tête aux pieds, à tel point que j’en deviens une attraction et certains Lao viennent faire des selfie avec moi c’est très rigolo. Un jeu très étrange se déroule devant moi : des Lao de tout âge disposés sur deux files de plusieurs dizaines de mètres, sont face à face et se lancent des balles de tennis… à voir comme ça c’est difficile de comprendre les règles du jeu !
Jeu de la balle de tennis
Je continue la balade dans cette pseudo fête foraine locale, jusqu’au moment où trois gars en costume viennent me serrer la main et l’accueillent à bras ouverts. Ils me parlent anglais et m’expliquent tout naturellement les différents ateliers et jeux qui se déroulent sur la place.
Mes potes, merci pour l'accueil !
Il voulait me marier avec celle en vert
De suite je me sens moins perdu et j’apprends beaucoup de choses. Notamment le jeu des balles de tennis, c’est une sorte de « speed dating ». Si un garçon est intéressé par une fille, il lui demande si elle accepte de « lancer la balle avec lui », et ainsi placés côte à côte ils peuvent discuter et faire connaissance tout en attrapant et renvoyant la balle de tennis dans la file d’en face.
Jeu de séduction
Plus loin, je vois un énorme attroupement ainsi que des milliers de Lao perchés sur la colline qui semblent regarder dans une arène. Au milieu se déroule un combat de taureau c’est tellement impressionnant. Ayant quitté mes amis, je ne parviens pas à comprendre les règles de l’arène ni comment déterminer le taureau vainqueur puisqu’il n’y a ni blessés, ni mise à mort et le combat ne dure que quelques minutes avant que les taureaux ne soient séparés et ne quittent l’arène dans un tonnerre d’applaudissements 🙂
Combat de taureaux
Fesses de taureau
Combat de taureaux
Après deux heures d’infiltration dans ce festival, il est temps de reprendre la route. Ce stop improvisé était tellement génial et j’ai vécu la fête la plus locale et traditionnelle qui puisse exister au Laos.
Cet enfant enlevait le sable de sa brochette
Mamie Hmong
Touche pas à mes popcorns

Cool Spring, un lagon trop mignon

Pour atteindre ce lagon, il faut quitter le tarmac et la route bien lisse pour des routes de terre. Je m’éclate en moto et fais même un peu de hors piste pour plus de sensations. Je pense gentillement à tous ces loopers qui font le même trajet en scooter… ça ne doit pas être aussi fun, ni la même aventure !
Le cool spring c’est un lagon à l’allure paradisiaque mais comme son nom l’indique avec de l’eau froide… Très froide ! Il est 14h et il fait très chaud, ce moment tombe à pic. Il n’y a pas foule et je reconnais quelques têtes des Loopers de la Sabaidee Guesthouse, ou autres rencontrés dans les spots précédents – en même temps tout le monde fait les mêmes endroits :). 
Cool spring
Cool spring

Limestone viewpoint

Pour la fin de journée, je prends la route en direction des montagnes afin d’admirer un point de vue sur les montagnes environnantes.
Limestone viewpoint
Limestone

Le soleil est bientôt couché, dernière ligne droite avant d’arriver au village de Kong Lor. Les 134 km qui me séparent de Thalang se terminent par une interminable ligne droite traversant les champs, et qui plus est sublimée par les couleurs orangées du soleil couchant. J’ai à la fois l’impression d’être dans la campagne Laotienne tout en parcourant les immenses routes en ligne droite des États-Unis, c’est un instant magique.

Où est Texas Ranger ?
C'est tout droit
Paysage de la boucle de Thakhek
Wesh mon pote
Ca c'est mon ombre
Au soleil couchant sur Kong lor

Ayant entendu parlé de Guesthouse familiale, le soir je décide de ne pas prendre une Guesthouse « touristique » dans le village mais d’aller plus en retrait dans une Homestay locale. Je suis carrément hébergé chez l’habitant. Dans leur maison avec la famille et les enfants et cela me coûtera 50.000 kip soit 5€ pour un lit + le dîner + petit dej . Difficile de faire mieux ! Comme d’habitude, le dialogue est très difficile car ils parlent autant anglais que je parle Laotien, mais on arrive à se montrer des photos sur le portable et à rigoler toute la soirée. Encore de beaux moments 🙂

Kong Lor de nuit

Jour 3 de la looooop

Le chef d’oeuvre naturel de la grotte de Kong Lor

La folie de cette loop est crescendo et le kiff ne cesse d’augmenter de jour en jour. Entre les paysages, les rencontres et l’adrénaline c’est un programme aux petits oignons. J’arrive à présent à l’objectif final de cette boucle : la grotte de Kong Lor.
La grotte de Kong Lor c’est une grotte de 7,5 km de long traversée par la rivière Nam Hinboun. Autant je commence à saturer des grottes, mais Kong Lor c’est un niveau au dessus des autres. C’est incroyable de pouvoir s’aventurer en bateau là-dedans et de voir ce que la nature a pu créer.  Pour visiter la grotte tu as deux possibilités :
  • – Poser la moto au parking et faire un aller retour « piéton » dans une barque avec 1h30 de balade libre dans les villages de l’autre côté de la grotte. Prix : 6,5€ – 65 000 Kip
  • – Faire la traversée avec la moto sur le bateau et finir la boucle en moto par les villages. Prix : 25€ pour un scooter et 30€ pour une grosse moto – 300 000 Kip
Grotte de Kong lor
Intérieur de grotte
Intérieur de grotte
La deuxième solution est chère et représente un sacré budget dans un voyage au Laos –  la traversée seule est plus chère que mon budget journalier de 25€ – mais l’inconvénient de la première solution est qu’une fois l’aller retour effectué il faut rentrer à Thakhek par une autoroute inintéressante ou bien refaire la même route que les deux premiers jours… Pour cette raison beaucoup de backpackers hésitent, se demandent les avis et c’est LA question de la boucle : « Tu fais l’aller retour ou la traversée en moto » ?
Pour ma part je me suis décidé à la fin du deuxième jour, une fois arrivé à Kong Lor : ça sera la traversée avec la moto. Tout d’abord parce que d’après les retours ça a l’air énorme, mais surtout parce que je n’avais pas envie de refaire en une journée et sans m’arrêter la même route que j’avais faite en deux jours.
Je ne regrette pas une seule seconde ! C’était une expérience de dingue. À 8 heures, à l’ouverture de la grotte, je retrouve le couple de la Sabaidee Guesthouse « Déborah et Adelin » eux aussi en motocross. Nous arrivons avec nos deux motos devant le groupe de passeurs qui attendent. Très rapidement nous devenons l’attraction et tous viennent faire le tour des motos avec des barres de rire, des mains sur front, à tous se regarder du genre « ooooh lala mais comment on va faire passer ça sur la barque« . En effet, 90% des Loopers arrivent en scooter. Et oui c’est nettement plus petit et plus léger qu’une motocross 🙂
La moto sur le bateau
Je comprends rapidement leur réaction lorsque je vois que pour accéder à l’entrée de la grotte il faut démarrer par une descente abrupte de malade. Ça s’annonce sportif.
Debout à côté de la moto, main sur le frein et trois Lao qui la retiennent de l’arrière, le début du chemin commence par une descente abrupte. C’est assez technique et je sens bien le poids le moto, il vaut mieux pas lâcher le frein ! Finalement ça passe relativement bien, et une fois en bas je chevauche la moto pour d’abord traverser le pont au dessus de la rivière, puis longer la berge de la rivière en suivant les passeurs. Je suis Adelin sur sa motocross et plutôt que de pousser on fait un peu de motocross trial dans le sable et les cailloux.
Faut pas lâcher les freins !
Moto cross sur le sable
Il y a quelques passages techniques mais je kiff jusqu’au moment où… On arrive face à des rochers. Problème, mais où donc est le chemin ? Les passeurs qui avançaient à pied nous rattrapent et nous pointent du doigt le haut des rochers. Oui oui tu as bien compris, il faut porter la moto là haut !
On va où maintenant ?
Oui c'est tout là-haut
Pas évident de la soulever de 50cm sur le premier rocher, nous sommes 5 à porter la moto. Le premier ça passe mais après c’est plus du tout la même, on est en pente sur un chemin de rando, aucune stabilité entre les rochers, à devoir en plus gérer le frein pour ne pas qu’elle tombe en arrière, ça pèse un âne mort ! Des barres de rire, des grosses gouttes de sueur, on a beaucoup galéré mais sans avoir commencé la traversée c’est déjà une expérience hors norme. Une fois dans la grotte, c’est également la galère pour la mettre sur la barque. La moto dépasse et est bien plus grande. Avec le poids de l’engin, le roulis du bateau est hyper sensible et la stabilité laisse à désirer. Le moteur ronronnant, voilà là barque qui s’engouffre dans la grotte. C’est parti pour 7.5 km dans le noir ahah. Certains passages sont très peu profond et je dois quitter le bateau pour passer à pied dans des cavités éclairées pendant que le passeur continue en poussant la barque dans les rapides. Après une bonne heure de traversée, je retrouve la lumière et un environnement sauvage 🙂
La moto d'Adelin
Je recupère la moto et file entre les petits villages sur plus de 80 km de routes en terre avant de rattrapper le tarmac du début de boucle et regagner Thakhek. Cette dernière partie de route a été pour moi la plus belle de la boucle, mais également la plus dangereuse car ce n’est que de la terre et du sable sur les routes donc ceux qui étaient en scooter n’ont sûrement pas le même avis ^^ Durant toute cette boucle j’ai trouvé que les Laotiens étaient vrais et authentiques, à la fois heureux et surpris de voir des Européens. Ils ne sont pas rongés par le tourisme et les enfants étaient aux anges de voir des étrangers. Des coucous en permanence lorsqu’on passait dans les villages. Je n’ai jamais eu autant de sourires et de Sabaidee au Laos que dans ce Road trip, c’est juste exceptionnel !
On trouve toujours de la place sur un vélo
Portrait d'enfant
Un village de l'autre côté de la grotte
🙂
Travailleurs de rizière
Mais d'où vient-il ?
Bain de buffles
Paysage de campagne
Dans la campagne
Si tu es perdu sur la route voilà les indications ...

L’anniversaire de Yuki

De retour à la Guesthouse de Bin, les tables sont déjà dressées pour ce soir. Comme prévu il organise une énorme soirée avec les voisins pour les 5 ans de sa fille Yuki. La soirée avec les Laotiens était assez unique en son genre : impossible de garder un verre vide sans qu’ils viennent le resservir. Yuki a soufflé ses bougies elle était vraiment trop chou.
Soirée pour l'anniversaire de Yuki
Selfie Yuki et Bin
Voisins et famille de Bin
Joyeux anniversaire Yuki
Selfie Yuki

Une tradition qu’on n’a pas compris consiste à étaler du gâteau sur le visage des invités… Personne ne sait d’ailleurs si c’est une tradition, ou un gros délire de Yuki, mais tous les Lao se sont également mis à le faire entre eux ! Yuki a fait le tour de tout le monde pour nous étaler de la crème sur le visage c’était très comique.

Mark, Toto, Camille, Romane
Grosse ambiance

Pendant la soirée, les loopers rentrants racontent leurs 3 derniers jours, alors que les nouveaux arrivants au départ de la loop pour le lendemain nous écoutent avec attention 🙂 Nos avons dansé, mangé et bu toute la soirée aux frais de Bin. Cet hôte est vraiment adorable et mérite sa note de 10 ! Au cours de cette soirée, je rencontre deux ennemies belges Romane et Camille qui descendent jusqu’aux 4000 îles comme moi. Elles seront mes nouvelles compagnons de route pour les prochains jours.

Ce Road trip en résumé ?

Fabuleux ! C’était pour moi un Road trip exceptionnel, dans de superbes conditions, une beauté de paysages crescendo de jour en jour et des Laotiens adorables.
La boucle de Thakhek n’est pas la plus populaire du Laos et c’est bien dommage. Enfin non c’est très bien que ça reste ainsi mais c’est vraiment dommage pour ceux qui ne l’auront pas faite. Beaucoup de gens descendent directement dans le sud en direction des 4000 îles et donc se contentent de faire la boucle sur le plateau des Bolovens.
Les effets de la motocross
Pause OKLM
Petit hors piste sableux
🔥87 vues
2

Ma vie est trop compliquée pour tenir dans un texte de présentation, mais ce que je peux dire c'est que j'ai toujours rêvé de voyager autour du monde et découvrir de nouvelles cultures. Aujourd'hui, j'ai emballé mes affaires, quitté mon travail et je suis tous les jours dans un endroit magnifique ... Il ne manque plus que ma patatas fritas

Commentaires:

  • Avatar

    christine

    20 janvier 2020

    fabuleux

    reply...

Poster un commentaire