Top

GRAB la solution

Le bus pour Chiang Rai part à 7h15 de Chiang Mai, je suis à 5km de la station mais je n’ai plus de scooter et l’hôtel ne se trouve pas sur un grand axe. J’avais anticipé la veille pour regarder les solutions possibles et à cette heure-ci la meilleure solution est d’utiliser l’application GRAB. C’est exactement comme UBER et ils ont toutes les déclinaisons : tuk-tuk, scooter, taxi, van etc… Ils ont même GRAB eat pour les livraisons de repas 🤣. Le chauffeur arrive en 2 minutes et la course me coûtera moins de 3€. Royal !

Les déclinaisons de transport GRAB
Ma course GRAB pour aller à la gare de bus

Jour 1 : Arrivée à Chiang Rai, visite du coeur de la ville et se perdre dans les rues

Ce n’est pas un bus local mais un GREENBUS, une grande ligne nationale donc c’est très confortable. Trois heures plus tard me voilà à Chiang Rai.

L’auberge de jeunesse est très chouette, un billard, une piscine, une belle cuisine, beaucoup de jeunes et il y a l’air d’avoir une bonne ambiance. Le tout très propre et les dortoirs vraiment confortables. Le temps de me poser un peu, nettoyer quelques affaires et charger mes appareils il est déjà 14h et j’ai faim. Après avoir répéré les monuments à visiter en ville pour cibler un quartier, je pars en quête d’un repas dans les environs. Pour changer de la nourriture asiatique j’ai testé un burger qui était vraiment délicieux ! Meilleur – ou au moins tout aussi bon – que ce que j’ai déjà pu manger en France et le repas m’a coûté 4€. Pour digérer voici mon programme:

Le centre de Chiang Rai est relativement petit, j’ai donc décidé d’utiliser la première journée – demi-journée en réalité vu que le bus est arrivée à 12h – pour visiter les trois temples principaux du centre ville et me perdre un petit peu dans les rues pour découvrir l’ambiance.

Wat Phra Sing

Wat Phra Sing de Chiang Rai
Wat Phra Sing de Chiang Rai
Wat Phra Sing de Chiang Rai
Wat Phra Sing de Chiang Rai

Wat Phra Kaeo

Pour la petite histoire ce temple était auparavant appelé « temple de la forêt de bambou« . La légende raconte qu’en 1434 un éclair s’abattit sur le temple qui s’ouvrit en deux et laissa apparaître un bouddha d’émeraude. Il devint depuis ce jour une relique très convoitée et vénérée des bouddhistes. À tel point que les différents souverain du royaume se le sont approprié et la relique a été bougé de Chiang Rai à Chiang Mai, puis est revenu à son origine avant de partir à Vientiane au Laos et revenir à Chiang Rai. En 1787 le roi mis fin à tous ces voyages du bouddha et le conserva dans le temple Wat Phra Kaeo du palais royal de Bangkok où il est encore aujourd’hui. Suite à cela, le temple de Chiang Rai fût renommé comme celui de Bangkok ce qui signifie « temple du bouddha de verre », et une réplique fut installé dans le temple de Chiang Rai.
Bouddha d'émeraude du Wat Phra Kaeo (réplique)

Wat Phra That Doi Thong

Le temple est perché sur un colline mais ce n’est pas extraordinaire. En revanche la balade pour y arriver m’a permis de visiter des rues très sympa. Pour la petite histoire, en 1260 c’est du haut de cette colline que le roi décida de fonder la ville de Chiang Rai.
Wat Phra That Doi Thong
Statue d'éléphant

Jour 2 : Périphérie et Mae Salong

Les autres points d’intérêts sont situés hors de la ville et assez espacés les uns des autres, comme d’habitude j’ai décidé de louer un scooter. Je commence à y prendre goût. Si tu ne choisis pas l’option scooter et que tu optes pour les Tuk-tuk et bus locaux, au delà du fait que ca te reviendra beaucoup plus cher, il te faudra compter plutôt 2 ou 3 jours pour faire ma journée de scooter.

Les voyageurs que j’ai rencontré à l’auberge ayant fait le même programme sans scooter (sauf mae salong car c’est vraiment la mission en transport pour y aller), sont restés 2 à 3 jours sur Chiang Rai.

Le temple bleu

La première étape en scooter se situe au temple bleu. Beaucoup de gens rencontrés n’ont pas aimé, mais c’est un temple tout bleu avec beaucoup d’ornements. Sa couleur le rend assez sympathique. Selon moi il vaut le détour et reste plus original que d’autres temples. J’y étais entre 7h30 et 8h et il y avait déjà beaucoup de monde pour l’heure !
Temple bleu de Chiang Rai
Le temple bleu de Chiang Rai
Entrée du temple bleu de Chiang Rai
Moine bouddhiste qui pose dans le temple bleu de Chiang Rai

Wat Huay Pla Kang ou le Bouddha géant

Ce n’est pas du tout un bouddha et en réalité il s’agit de la déesse de la compassion mais pour rendre son nom simple aux touristes il est nommé le Bouddha géant. Cette statue de 90m de haut est impressionnante, et il est possible de monter dans la tête pour avoir une vue sur Chiang Rai. Site très peu visité pour deux raisons :
– il date de 2017 donc n’est pas trop référencé dans les guides.
– aucun bus ne s’y rend, il faut prendre un tuk-tuk ou s’y rendre en scooter.
Pour ces deux raisons, il n’y a quasiment personne et c’est génial. Pourtant le site est entièrement gratuit – mis à part l’ascenseur pour monter dans la tête à 40 bahts. Il y a même une cantine gratuite ! Oui oui.
Bouddha géant de Chiang Rai
Bouddha géant de Chiang Rai
Temple qui accompagne le Bouddha géant de Chiang Rai

Maé Salong : un petit bout de Chine

Au plus loin de la journée je suis allé à 70 km de Chiang Rai, jusqu’à Maé Salong, un village à quelques kilomètres de la frontière Birmane.
Ville de Mae Salong
Et si un jour ils parlent Français ... ?

Avant d’atterrir dans ce village je me suis arrêté visiter des plantations de thé, puis ensuite je me suis littéralement perdu en scooter à cause de Google et j’ai emprunté des chemins terreux au milieu des rizières ! Au final je n’ai pas regretté car j’ai découvert de chouettes endroits mais si tu veux voir toute la galère, il te faut aller voir l’épisode 8 🙂

Travailleuse dans les plantations de thé
Plantations de thé
Plantations de thé
Récolte des bourgeons de thé
Récolte
Belles rizières en se perdant en scooter
Ce village de Maé Salong est perché sur les collines et je note des racines chinoises : l’architecture, les gens, les panneaux sont écrit en chinois. Mais pourquoi ?
L’histoire de Maé Salong est récente et remonte à 1949 lors de la prise de pouvoir en Chine par les communistes, menés par Mao Zedong. Suite à leur défaite, plusieurs milliers de soldats du Kuomintang – plus vieux parti politique de Chine – se sont échappés en Thaïlande du Nord. Bloqués par les affrontements au Laos à l’Est et également chassés par les Birmans à l’Ouest il étaient coincés. Livrés à eux même et privés des ressources de Taiwan, ces chinois sont passés de soldats de guerre à militants anticommunistes et ont ainsi fondé le village de Maé Salong. Pour faire vivre le village ils se mirent à cultiver de l’opium et Maé Salong pris une place importante dans le traffic d’opium du triangle d’or – Birmanie / Laos / Thaïlande. Ils reçurent le soutient de la CIA –  également anticommunistes – et purent ainsi continuer leur production jusqu’en 1994. C’est à ce moment que Bumibol, le roi de Thaïlande interdit l’opium et fit remplacer toutes les plantations de Maé Salong par des productions de thé et de café pour développer le tourisme. Maé Salong produit aujourd’hui le meilleur thé du pays, bien vu Bumibol ! 🤘
Toute cette histoire explique clairement les racines chinoises de Maé Salong et surtout l’origine de toutes ces plantations de thé que l’on peut voir sur la route. Cette fois-ci il a fait très beau et chaud toute la journée rendant les paysages magnifiques. La route qui serpente tout autour de Maé Salong est également magnifique et vaut le détour.
Musée des martyrs chinois de Mae Salong
Libellule

Black house

C’est n’est absolument pas un temple mais l’oeuvre de l’artiste Thaïlandais « Thawan Duchanee ». Il a construit un ensemble de 40 maisons noires dans un style très particulier… Ambiance lugubre et mortuaire, il y a des crânes d’animaux un peu partout. On aime ou on aime pas ! Il semble rencontrer un certain succès puisque ce site est le deuxième le plus visité de Chiang Rai avec le temple blanc et avec tous les bons avis que j’ai vu c’est pour cette raison que j’ai choisi de la visiter. Je ne dirais pas que je n’ai pas aimé, mais je ne recommande pas et je regrette quand même d’avoir dépensé 6€ là-dedans !
Black house de Thawan Duchanee
Black house de Chiang Rai
Black house de Chiang Rai
Black house

Le temple blanc – Wat Rong Khun

Un vrai incontournable de Chiang Rai, impossible de le rater à Chiang Rai. C’est un temple absolument insolite, qui mélange beauté et fantastique. Il y a un pont pour accéder au temple et les statues créent un décor féerique. Les recommandations sont d’y aller à l’ouverture le matin, ou bien la fermeture le soir. Pour ma part j’y suis arrivé en fin de journée après toute la journée de scooter donc vers 16h. Il y a beaucoup moins de monde qu’en journée et les couleurs sont très jolies car le soleil se couche sur la gauche du temple.
Le temple blanc original a été restauré par l’artiste Thaïlandais Chalermchai en 1996 qui a investi sur sa fortune personnelle ( + de 1 million d’euros). C’est un projet colossal qui ne sera pas terminé avant 2070 ! Grâce au travail accompli, le temple blanc est devenu une oeuvre d’art et à permis à la région de Chiang Rai de développer le tourisme de manière considérable. Il a pourtant failli être détruit, suite au tremblement de terre de 2014 qui l’a fortement endommagé, l’artiste avait décidé de le détruire par sécurité. Finalement il est sécurisé et toujours là  🙂
Temple blanc de Chiang Rai
Temple blanc de Chiang Rai
Statue au temple blanc
L'ubosot du temple blanc

Quelle symbolique ?

Le temple est bourré de détails en tout genre dans un mélange de style propre à l’artiste. La signification des symbole bouddhique cherche à montrer au spectateur comment ne pas se laisser distraire par les tentations de la vie telles que les désirs et la cupidité afin de recentrer l’esprit sur ce qui est essentiel. Le style de Chalermchai est particulier et difficile à cerner puisqu’on a un mélange de sculptures bouddhistes avec des héros hollywoodien modernes. Les photos étant interdites à l’intérieur, je peux te dire qu’il y a des toiles typiques d’un temple bouddhiste mais remastérisées avec Superman, Harry potter, Néo de Matrix, le World trade center en feu …

Le pont du « cycle de la renaissance »

Pour accéder au temple il faut traverser un pont, appelé « pont du cycle de la renaissance ». Ce pont passe au dessus de crâne et centaines de mains comme sortant des enfers, essayant d’attraper les personnes s’aventurant vers le temple. Le pont montre la voie pour ne pas succomber aux tentations et ainsi éviter de rejoindre cette souffrance humaine.

Le pont de la renaissance

La porte du paradis

Après le pont, on arrive à la « porte du paradis », qui est gardée par deux gigantesques créatures. L’une représentant la mort, l’autre Râhu le démon qui déclenche des éclipses en prenant tantôt la lune, tantôt le soleil. C’est également lui qui décide le sort des hommes sur terre.

Porte du paradis
Temple blanc de Chiang Rai (à la fermeture, il n'y a plus personne)

L’UBOSOT

C’est le bâtiment principal du temple, où se trouve le hall. Même si l’artiste à gardé la structure du temple d’origine et conserve les éléments de conception d’un temple classique, il a sur ce temple incrusté des morceaux de verre afin de réfléchir au maximum la lumière et le rendre encore plus blanc et étincelant ! Le blanc représentant l’esprit.

L'ubosot du temple blanc
L'ubosot du temple blanc

Le bâtiment doré

Ce bâtiment est juste en face du temple blanc, et à la différence du blanc qui symbolise l’esprit, la pureté, le jaune représente l’or donc la cupidité des hommes et l’attrait pour les choses matérielles. Et c’est très rigolo car il s’agit en réalité des toilettes.

Le bâtiment doré
Statue de style fantastique devant le temple

Le night market

Le night market est un endroit convivial et très sympa pour aller se balader après une grande journée de visite. Il y a de nombreux stands pour acheter des souvenirs fait main, mais également de quoi manger façon street food. Je me suis posé là avec une bière et un Sukiyaki poulet – plat d’origine japonaise c’est une sorte de fondue dans laquelle on fait mijoter plein de des légumes et de la viande

Sukiyaki au poulet
🔥42 vues
4

Ma vie est trop compliquée pour tenir dans un texte de présentation, mais ce que je peux dire c'est que j'ai toujours rêvé de voyager autour du monde et découvrir de nouvelles cultures. Aujourd'hui, j'ai emballé mes affaires, quitté mon travail et je suis tous les jours dans un endroit magnifique ... Il ne manque plus que ma patatas fritas

Commentaires:

  • Avatar

    Nico

    14 décembre 2019

    que d’aventures. Tres sympa tous ces temples

    reply...

Poster un commentaire